Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BERBERICUS

Vues et vécus en Algérie et ailleurs. Forum où au cours des jours et du temps j'essaierai de donner quelque chose de moi en quelques mots qui, j'espère, seront modestes, justes et élégants dans la mesure du possible. Bienvenue donc à qui accède à cet espace et bienvenue à ses commentaires. Abdelmalek SMARI

La question de l’identité chez berbericus : Appartenance ou adhérence ?

« Nulla stringo, et tutto ‘l mondo abbraccio » Francesco Petrarca

 

« Dans le lot, des noms d’origine latine, à l’exemple

de «Maaouche» qui vient de «Marius»,

«Hammadouche» de «Amadeus». Cet inventaire

recense aussi les noms d’origine biblique comme

«Rabéa», une déformation de «Rebecca»,

selon le conférencier. Pr Farid Benramdane* » (1)

 

 

Berbericus et sa cause

En Algérie on ne cesse de poser la question de l’identité de l’Algérien. Mais, comme de coutume, la coutume de berbericus, ce débat n’est jamais posé en termes clairs et opératifs, ni serein, ni donc concluant.

Et ce n’est certes pas à cause de la complexité d’une telle notion, la notion de l’identité, à délimiter ou à saisir. Non.

Puisque, à l’instar de tous les peuples, berbericus aussi donne une importance vitale au sujet et en fait une affaire sacrée - d’où sa jalousie extrême – plus que sa propre affaire, il va en faire une propriété privée, exclusive.

Ainsi dégaine-t-il face à quiconque ose s’attaquer au sujet – berbericus confond le sujet de débat avec le débat lui-même – l’accusant de profanateur, de traitre conspirateur, de mystificateur, sinon d’ennemi mortel pour « sa ! » cause sacrée, son identité.

A chaque fois qu’on en parle donc, on ne fait que parler des forces hostiles et des esprits malveillants qui seraient là à l’affut pour empêcher à cette identité de s’affirmer et de s’épanouir.

Ces voix qui se chamaillent, du côté de berbericus, n’ont pas encore acquis la sérénité nécessaire pour délimiter une telle notion et la définir d’une manière objective et surtout positive.

Car n’oublions pas que l’identité d’un organisme individuel ou social est toujours et avant tout un ciment organique qui soude les uns aux autres les éléments fondamentalement disparates et hostiles qui constituent pourtant le corps de l’individu ou celui du groupe.

Et c’est cette soudure symbolique qui donne la sensation à l’individu ou la société ainsi rassemblés (il vaut mieux dire : assemblées, car ils naissent désarticulés) d’être des corps unifiés, sains et saufs de l’angoisse de morcellement et immunes contre toutes autres menaces de désagrégation et d’anéantissement.

Ces voix qui se chamaillent de cette manière imbécile, car contreproductive, sont malheureusement des professeurs émérites et des intellectuels distingués. Il faut leur ajouter la plèbe des journalistes et des activistes des associations et des réseaux sociaux.

Parfois on peine même à distinguer leur discours de ceux d’un boulanger analphabète, d’un gargotier, spécialité loubia et poichiches ou d’un marchand de moutons de Hamma Bouziane.

L’identité est trop complexe pour être affaire de barbiers ou de marchands de moutons. Elle est une notion assez cotée sur l’échèle de complexité des connaissances humaines.

Elle a besoin de sérénité, d’intelligence, de méthode, d’imagination, d’ouverture d’esprit et surtout d’honnêteté intellectuelle.

 

Un univers de noms

L’identité est un univers symbolique peuplé de noms. Ces noms sont créés par les hommes pour s’orienter dans leur vie sociale et déterminer le rôle de chacun dans la vie du groupe, dans son organisation et dans sa sauvegarde.

Repère, donc, qui est fait pour éclairer l’espace dans lequel les membres de la communauté vivent et évoluent.

Repère avec lequel on ne doit en aucune manière se confondre, puisqu’il n’est pas et ne saurait être un habit qu’on endosse ou un aliment qu’on ingurgite et qu’on assimile.

Ce n’est justement qu’un repère qui nous permet d’agir par apport à lui. En Algérie par exemple, si on est berbère (kabyle, chaoui, mouzabite ou targhi) c’est par rapport à la culture dominante, l’arabité. Et si on est athée, animiste, chrétien ou autre, c’est par rapport à la religion dominante, l’islam.

Le berbère ne va pas se définir en disant qu’il n’est pas inuit ou navajo, mais qu’il n’est pas arabe. Et effectivement il n’est pas arabe.

Idem pour l’athée, l’animiste ou le chrétien : l’algérien athée, animiste ou chrétien est toujours un non-musulman.

Ça signifie donc qu’à la rigueur l’homme s’identifie préférablement, si non nécessairement, aux éléments symboliques que produit son terroir qui est le creuset de ces repères.

Ce qui veut dire aussi que l’identité (sociale dans ce cas) c’est ces repères saisis à une phase historique d’un peuple donné, par rapport à quoi on se définit, que ce soit en affirmative ou en négative.

A ce point, être quelque chose ou ne pas l’être c’est toujours un élément d’identité. On s’identifie par affirmation ou par exclusion.

 

Ne pas y croire...

Mais ces symboles, on ne les construit pas comme on construit un navire ou un bâtiment. On ne les compose pas comme un morceau de musique ou une sonate.

Ces repères et symbolisants sont le produit des foules et des âges. Ils peuvent être le produit de nos mains, les filles de nos cerveaux, la sagesse de nos expériences, comme ils peuvent être le fruit des apports des autres peuples avec lesquels on rentre en contact (échanges par voisinage, par commerce, ou par invasion et contre invasion), ou l’étiquette que l’autre (notre proche) nous pose sur le front en tant qu’autre pour lui.

Il suffit de jeter un coup d’œil aux vocabulaires étymologiques des langues et des dialectes parlés dans la zone de la Méditerranée pour voir combien on est unis entre peuples, combien on se ressemble.

Qu’on pense au « Dictionnaire des mots français d’origine arabe » de Salah Guemriche (2). L’auteur de cette recherche nous dit que le français, riche d’apports extérieurs, compte plus du triple de mots d’origine arabe que de termes empruntés aux ancêtres les Gaulois.

Il va sans dire qu’il n’y a pas langue qui échappe à cette loi de contamination. Mais comme le fait remarquer Antonio Gramsci, faisant la comparaison entre la langue roumaine et la langue anglaise, c’est la syntaxe et la structure syntaxique qui font qu’une langue soit cette langue là et pas cette autre. Ainsi la langue anglaise, qui contient plu de vocables d’origine latine que le roumain, est-elle considérée germanique, alors que la roumaine néolatine.

Le vocabulaire serait comme les briques dans une œuvre d’architecture, où c’est toujours l’œuvre qui donne l’identité au produit et non l’origine des briques.

Quant aux étiquettes, les exemples dans l’histoire en sont légions : l’Afrique, convoitée par Rome naissante, n’était qu’une partie infime de la Tunisie actuelle. Mais elle a grandi pour indiquer les nouveaux territoires conquis par Rome, et elle a fini par concerner tout un continent en lui donnant son nom.

Le nom Algérie, dit-on, a été donné à notre pays par les envahisseurs français. La France même fut baptisée par les Allemands, dit-on aussi…

Cet étiquetage ne concerne pas que les peuples : le banal exemple est le nom qu’on donne à nos enfants… noms qui peuvent être indifféremment interchangeables au début de la nomination, mais une fois que le nommé en prend-il conscience, non seulement il va le défendre et l’honorer mais il va en faire une propriété privée et il va en faire un programme existentiel même.

Mais ça c’est tellement évident qu’on ne peut le dire sans tomber dans la redondance et les lapalissades.

Prenons par contre l’exemple de l’écrivain libanais Amin Maalouf, pour son livre sur l’identité « Les identités meurtrières ».

Un livre où il soutient bien entendu une conception ouverte et positive de l’identité, dans notre époque martyrisées par les guerres et les atrocités identitaires généralisées.

Un livre où il revendique une identité à appartenances multiples, contre une conception de l’identité « étroite, exclusive, bigote, simpliste qui réduit l’identité entière à une seule appartenance » (3)

Et pourtant M. Maalouf n’a pas été capable de se construire une nouvelle identité hors de celle qu’on lui a collée à la peau comme un tatouage, hors de cette étiquette : être un écrivain, certes, mais rien qu’un écrivain francophone !

Et ne croyez pas qu’il était fier d’une telle identité... négative, malade, étroite, exclusive, bigote, simpliste.

L’identité malade semble être donnée par certains (les dominants de tour) qui projettent leurs fantaisies et leurs frustrations sur les autres, faibles et soumis ou présumés tels.

Par exemple, on a beau dire que nous les Algériens, on est ceci ou cela, mais on est encore ce que les colons nous ont dit d’être: une espèce de peuplades sans dignité historique, sans foi ni loi, gouvernées( ?) non domptées par des Ali Baba sanguinaires, soumises et heureuses comme seuls les imbéciles peuvent être, des bougnoules quoi !

Le remède?

Ne pas y croire...

Mais qu’ils soient berbérophones, arabophones ou présumés francophones, les Algériens ne puissent déborder l’humus de leur nature amazighe, avec un clin d’œil de sympathie pour les envahisseurs les plus cléments : les Arabes.

 

Les Arabes et nous

Il y a des voix, et parmi les plus dominantes, qui prétendent que seuls les Arabes nous dominent, nous ont dominés !

Non, les Arabes n’étaient pas les premiers à nous dominer, ni les pires. Nos premiers dominateurs connus furent les Phéniciens, puis vinrent les Romains et ce n’est qu’à la énième phase de cette kermesse de domination que sont venus les Arabes.

Ces Arabes ne se seraient pas intéressés à notre cas, s’ils n’avaient pas vu que nous étions enclins à les accueillir avec « bras ouverts », voire même « avec des roses ».

Et d’ailleurs pourquoi pas ne devraient-ils pas, eux aussi, nous posséder, puisque tous les peuples avant eux avaient chié sur nous ?

Toutefois si les Arabes avaient un mérite, celui-ci consista à nous avoir associés, avec une grande loyauté, à l’édification de la civilisation arabe.

Plus tard ce serait le tour des ottomans et des français qui avaient emboité le pas à nos antiques enculeurs, niqueurs de nos femmes.

Tandem de pillages et de massacres des Algériens, ces hordes de sauvages avaient compris, eux aussi, que les Algériens avaient le syndrome chronique de se faire rouler, de jouer la partie des sodomisables de la terre et de l’histoire.

Ils avaient compris ça car les premiers, les ottomans, étaient des guerriers qui nous avaient conquis pour faire de nous une poule aux œufs d’or pour construire les palais de leurs pachas à la porte dite sublime.

Ils nous ont associés, non pas comme avaient fait leurs prédécesseurs les Arabes à la construction d’une civilisation, mais à leur barbarie : leurs pillages et leurs courses – les pirates ! - en faisant de nous de la chair à canon.

Ils ont déboisé notre terre pour construire leurs grossières flottes de pillage, de destruction et de massacres.

Ils nous ont dressés contre les nations civilisées, nos voisines par la mer (et dressées donc celles-ci contre nous), et fait de nous des ennemis mortels à la civilisation et aux peuples civilisés.

Les seconds aussi, les français, ont compris ça (notre sodomisabilité) et ils nous avaient envahis et occupés et dominés eux aussi.

Mais nous étions trop barbares pour qu’ils nous associassent à leurs entreprises civilisationnelles. Nous étions déjà des ennemis mortels les uns des autres et alors il ne nous restait que nous faire la guerre, eux à nous et nous à eux. Et là qui avait vaincu ?

La victoire fut des côtés de celui qui avait la force du feu, de la propagande, de la technologie, de l’astuce militaire, des outils pour organiser la chasse à l’indigène et les fumades, pour falsifier la mémoire des vaincus, détruire leurs monuments, disséminer leurs élites, piller leurs richesses… la liste est très longue de ce genre de « bienfaits » chers à l’Hongrois Sarkozy.

Voilà pourquoi les Algériens ne se sentent pas fiers de ces contaminations (l’architecture mauresque ou la langue française) qui sont restés au niveau du folklore, du carnaval…

Alors il est peut-être temps que berbericus cesse de préférer certains de ses enculeurs à d’autres, sans critères d’objectivité et sans méthode.

 

Quelle est l’identité de l’Algérien ?

Toi qui me demandes quelle est l’identité de l’Algérien, je ne crois pas que tu vas trouver des réponses dans ma chaumière : je ne suis bon qu’à critiquer et c’est ma seule science et compétence.

Faite cette prémisse, je crois que l’identité est une sorte de recherche d’un instinct « perdu » : la délimitation d’un territoire.

Sachons que les instincts ne se perdent pas, mais ils se transforment plutôt en épousant les réalités intruses, les panaches de la culture, la rhétorique des choses et nos discours.

Géographie et histoire se relayent infatigablement pour nous curer de cette mutilation narcissique, pour nous protéger de cette vulnérabilité, pour nous compenser cette perte.

La géographie c’est notre terre (seule constante de l’histoire, dixit feu Hassan II), et l’histoire c’est notre mémoire.

Notre mémoire est faite de toutes les strates qui donnent corps et forme à notre langue nationale (berbère, arabe et, avec une mesure statistiquement et qualitativement moindre si non infime, francophone), aux us et coutumes qui nous caractérisent et nous distinguent, à nos modes d’être dans la vie des hommes et à nos rêves et aspirations partagés avec les autres mortels ou originaux.

Il est bien su dans le monde de la science que les mots et les choses ont une archéologie, et tant pis si - par notre paresse, par notre ignorance, par nos limites épistémologiques, ou à cause de notre non-spécialité dans le domaine - nous ne sommes pas encore arrivés ou nous n’arrivons pas à trouver dans le nom de l’arabe, Hamadouche, le latin Amadeus ;

Tant pis si nous ne sommes pas encore arrivés ou nous n’arrivons pas à remonter jusqu’à l’origine punique du mot Monique, Barca ou Benderbal (je parle en ignorant de punique et de latin.

« Il [Farid Benramdane] a distingué, à ce propos, trois souches fondamentales dont dérivent nos noms propres : la couche libyco-berbère, la couche arabe qui englobe aussi la strate phénico-punique, à quoi s’ajoutent ce qu’il a appelé «les contaminations étrangères» (gréco-latines, turques, espagnoles, françaises, etc). » (4)

Tant pis si nous ne sommes pas encore arrivés ou nous n’arrivons pas à déchiffrer les signes rupestres de Tassili ou ceux en Tifinagh que nos roches avaient bien conservés et notre langue nationale aussi ;

Tant pis si nous ne sommes pas encore arrivés ou nous n’arrivons pas à lire les textes latins de Tidis ou à méditer sur les noms : punique ou latin de nos villes et de nos lieux ;

Tant pis si nous ne sommes pas encore arrivés ou nous n’arrivons pas à remonter à l’origine de cette croix que jusqu’à hier nos mères et nos grand-mères tatouaient sur le front de leurs filles ou en faisaient une chaine (de croix) sur les bras ou sur les joues, ou en imprègnent leurs bijoux et les motifs de leurs tapis, de leurs couvertures et de leurs burnous ;

Tant pis si nous ne sommes pas encore arrivés ou nous n’arrivons pas à remonter à l’origine de ce signe de croix que nos mères exécutaient à la fin de chaque « emmaillotage » de leurs bébés pour les bénir ;

Tant pis si nous ne sommes pas encore arrivés ou nous n’arrivons pas à saisir la signification liturgique (elle aussi d’origine chrétienne, qui renvoie à la bénédiction de ce qu’on boit, avant de le boire) de cette usance typique du constantinois de mettre l’eau de « zagara » dans le café.

Vous voyez que nous n’avons rien perdu et nous ne perdrons jamais rien de ce que nous ont légué nos aïeux et pas seulement eux, à savoir tous ceux qui nous ont contaminés en bien ou en mal avant, durant ou après eux.

Et s’il nous semble qu’il ne nous est resté plus rien de ce legs antique, sachez que c’est par économie de notre énergie mémorielle que nous sommes enclins, voire obligés, à contracter jusqu’à la miniature microscopique les vestiges des mots et des gestes passés pour faire place aux nouveaux mots et aux nouvelles traditions.

L’identité de l’Algérien c’est tout ça à la fois : instincts basiques, ombres des passés et lumière du présent.

C’est dans le présent que l’identité se révèle et se situe et c’est à partir de ce présent qu’il faut situer le reste des trésors symboliques et les interroger pour saisir le sens total de ce qu’est berbericus.

Et c’est exactement ce qui se vérifie au niveau individuel où le souvenir est toujours une refonte, une re-création, une manipulation des faits ou tout ce que vous voulez, mais une disparition complète et définitive, jamais !

Mais cette ignorance de l’origine des mots qu’on utilise, des rites et des vestiges mémoriels et historiques méconnus, mais qu’on vit malgré nous, ne nous empêche point de considérer ces mots, ces rites ou ces vestiges comme vifs…

Et c’est je crois ce chaos que nous appelons – peut-être – Identité et pour lequel on serait prêts à mourir aussi, bien entendu si nous en avons l’envie, l’occasion, le luxe ou même la stupidité de le faire.

 

Identité et liberté

L’identité c’est la structure osseuse de la liberté, puisque c’est d’adhérence nécessaire ou du moins assumée qu’il s’agit dans toute identité. Quant à la patrie, elle sera le territoire qui constitue notre espace vital plus l’identité.

Si l’identité devient question d’appartenance/possession, cela devient un déterminisme qui nous frustre de notre liberté, puisque on risque de rester figés au stade de l’appartenance, sans choix ni volonté d’appartenir ou de s’exclure.

D’ici alors le pas qui sépare l’identité comme prise de conscience (prise de conscience de soi dans le monde, de ce monde et de cette prise de conscience même) à ce que Amine Maalouf appelle identité meurtrière est franchi.

Car alors l’identité n’est plus un outil de connaissance, mais une arme d’intolérance et d’exclusion meurtrière, un hooliganisme, une hystérie des foules...

De ce point de vue l’identité, plus qu’appartenance à un espace tridimensionnel physique et point à la ligne, est adhérence ; une adhérence consciente et libre à un espace tridimensionnel physique et en plus « symbolisé ».

Plus encore, elle est une adhérence nécessaire.

L’identité pour son adhérent agit comme une forme d’hypothèse de première approche de ce que constitue l’univers de l’enfant de l’homme, une sorte d’imprinting, sur laquelle et par rapport à laquelle vont se greffer ou s’étayer toutes les futures acquisitions des nouvelles facettes que le monde ne cesse de révéler à l’homme durant sa vie.

L’attitude de l’adhérent identitaire face à ce que seront ses autres identités futures - Maalouf et Amartya Sen aussi parlent de l’identité au pluriel - procèdera toujours et nécessairement de l’identité de base. Attitude qui va instituer et déterminer la nature et la portée de ces futures identités que l’individu va acquérir.

Il s’agit donc d’un apprentissage qui va se faire toujours par rapport à l’identité de base, c’est-à-dire à cette batterie de repères et de symboles donnés par le groupe à travers la famille, l’école, la rue et toute la culture partagée par les membres du groupe/société.

L’identité est donc toujours de base puisque c’est à partir d’elle, de cet imprinting, que nous allons affronter les autres possibilités, les évaluer, les rejeter ou les épouser en tout ou en partie, ici et maintenant, demain et ailleurs…

L’identité reste donc le noyau fondamental des repères originels ou d’acquisition récente auxquels on adhère en les faisant nôtres (appelés à faire partie de notre structure existentielle et de toutes ses rhétoriques et discours).

Il va de soi que cette adhérence primale n’est pas et ne saurait être le fruit d’un choix libre après délibérations - ce qui serait impossible : imaginez un nouveau-né qui est là à faire les cent-pas pendant qu’il pèse les pour et les contre pour se décider enfin a ragion veduta  laquelle des identités il va adopter et à laquelle il va adhérer – mais elle est plutôt comme un outil que nos perceptions et nos impressions et les interférences de notre monde humain restreint (car on est aux origines de la formation de l’identité chez l’enfant) nous donnent et nous aident à forger pour connaitre et assumer le monde, pour nous connaitre et nous assumer, pour prendre conscience de nos apports avec ce monde et interagir avec lui…

Plus tard, l’homme fait n’aura plus besoin de cet instrument fondamental pour s’orienter. Mais cela ne signifie pas qu’il est condamné à rester aveugle, tâtonnant dans le noir des surprises et des nouveautés de l’existence que le monde mouvant lui offre chaque jour avec insistance et force infernales.

L’adhérence de base ne va pas fermer toutes ses portes aux nouvelles données et exigences du monde en matière d’orientation.

Elle reste ouverte, mais elle sera toujours le seul chef qui orchestre en toute souveraineté et élégance le ballet grandiose et complexe de l’apprentissage de la vie jusqu’au dernier souffle d’un individu ou d’une société donnés.

 

Abdelmalek Smari

 

* M. Farid Benramdane est professeur à l’université de Mostaganem (Algérie) directeur du laboratoire Environnement linguistique et usages du français en Algérie (Elilaf) et chef de la division toponymie dans l’unité de recherche Rasyd.

1 http://www.elwatan.com//actualite/algerien-quel-est-ton-vrai-nom-08-11-2014-277034_109.php

2 http://www.amazon.fr/Dictionnaire-fran%C3%A7ais-dorigine-turque-persane/dp/2757828681/ref=asap_B001JOWD2Y_1_3?s=books&ie=UTF8&qid=1417167627&sr=1-3

3 http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Identit%C3%A9s_meurtri%C3%A8res

4 même source de (1)

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Urgence serrurier paris 6 14/12/2014 07:00

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

en savoir plus 05/12/2014 07:59

J'aime bien votre site internet , merci et bravo ! continuez comme ça !

Je me permet de mettre un lien vers mon site , n'hésitez pas à venir !

A trés bientot