Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vues et vécus en Algérie et ailleurs. Forum où au cours des jours et du temps j'essaierai de donner quelque chose de moi en quelques mots qui, j'espère, seront modestes, justes et élégants dans la mesure du possible. Bienvenue donc à qui accède à cet espace et bienvenue à ses commentaires. Abdelmalek SMARI

ENQUÊTE SOCIOLINGUISTIQUE SUR LES LANGUES D’IMMIGRATION AFRICAINE EN LOMBARDIE (4 et Fin)

 

Données sociolinguistiques : italien

 

  1. Comment, où et de qui avez-vous appris la langue italienne ?

Dans une école du soir près une association culturelle. Mais le fait de me trouver déjà parmi les Italiens m’a aidé beaucoup et m’a encouragé à suivre les cours avec assiduité.

  1. Combien de temps vous a-t-il fallu ?

Ce n’est pas facile à le dire ; je continue jusqu’à ce moment de l’apprendre. A comprendre en général un discours de vie quotidien j’ai mis plus d’une année.

  1. Est-ce que la connaissance de la langue française vous a aidé dans l’apprentissage de l’italien ?

Le français m’a aidé beaucoup.

  1. Est-ce que les médias (journaux, magazines, télévision, radio, etc.) vous ont aidé dans l’apprentissage de l’italien ?

J’avais dans ces temps-là une petite radio que j’écoutais presque nuit et jour ! Je m’évertuais de lire et de parler aux gens.

  1. En quelles occasions, avec qui et dans quels lieux parlez-vous en italien ?

Puisque je passe ma vie avec les Italiens, c’est avec eux que je l’utilise.

  1. Quand vous étiez dans votre Pays d’origine, aviez-vous déjà eu des occasions de parler en italien ? Avec qui et dans quels lieux ?

Non.

  1. À votre avis, quel est votre niveau de maîtrise de cette langue en ce qui concerne l’écrit et l’oral ?

Pour un Etranger, mon niveau est très performant.

  1. Au niveau oral, mélangez-vous souvent la langue italienne avec la langue française et vice-versa ? Et la langue italienne avec votre langue maternelle et vice-versa ?

Ça m’arrive avec les deux langues sœurs français/italiens. Parfois je ne me rends pas compte en laquelle des deux je suis en train de parler ou d’écrire !

  1. Projetez-vous d’améliorer votre connaissance de l’italien ? Par quels moyens ?

Bien entendu ! et je le ferai par la lecture et par mon vécu quotidien.

  1. Croyez-vous qu’une bonne maîtrise de l’italien soit nécessaire pour bien s’intégrer dans la société italienne ?

Je crois que la connaissance de l’italien, pour ce qui me regarde, sert pour lire avec dignité et décence Dante ou Leopardi.

  1. Vous estimez la langue italienne prestigieuse ?

Elle est la langue de Dante et d’Italo Calvino. Et puis c’est celle de Machiavel, de Vico, d’Umberto Eco, de Galilée et de Roberto Benigni et de Fo’… n’est-ce pas suffisant comme prestige ?

  1. Vous pensez qu’elle pourrait être une connaissance utile dans le monde professionnel ?

Sans doute !

  1. Vous vous considérez heureux(se) ou orgueilleux(se) de connaître la langue italienne ?

Oui, mais ici aussi c’est grâce à mes efforts.

  1. Vous croyez qu’elle fait partie de votre identité ? De quelle manière ?

Pour moi elle est devenue un élément fondamental qui enrichit ma sensibilité, mon trésor linguistique et mon curriculum vitae aussi.

  1. Quels sensations, sentiments et souvenirs associez-vous à cette langue ?

C’est une langue qui m’avait séduit avec sa musicalité déjà sur l’avion qui me portait à Rome pour la première fois dans ma vie.

  1. Pouvez-vous la définir avec quelques adjectifs ?

Plus je l’apprends, plus j’apprends qu’elle est riche ; comme si en m’apprenant des mots et des expressions elle s’enrichissait elle-même ! C’est pourquoi elle est généreuse. Elle est belle comme les mots et les métaphores de ses poètes et écrivains. Elle est aussi la langue de l’avant-garde scientifique et artistique. Et sa musique est à la hauteur de la musique italienne…

  1. Ne vous est-il jamais arrivé de penser en italien au lieu de votre langue maternelle ?

Comme je l’ai dit, l’être humain a une seule langue qui est la synthèse des connaissances des autres langues acquises qui viennent enrichir sa langue maternelle. Et c’est avec cette langue-tronc qu’il pense. Mais dans l’expression il doit nécessairement opérer un choix entre les langues objectives qu’il maitrise.  

  1. Si vous vouliez composer un poème, l’écririez vous en italien ?

Cela dépend de l’émotion. Et celle-ci est une sorte d’aimant qui va chercher dans le trésor linguistique du poète le mot le plus adéquat pour se faire exprimer. Si ce mot est italien, il va attirer d’autres mots de la même espèce jusqu’à épuisement de l’œuvre. Bien entendu, il se peut que le poète recoure à d’autres mots ou expressions des autres langues qu’il connait.

  1. Avez-vous jamais lu des œuvres littéraires d’auteurs italiens ?

Certainement. Mais je lis dans les trois langues en les alternant.

  1. Quand vous vous approchez aux médias (journaux, magazines, télévision, radio, etc.), choisissez-vous des journaux, des films ou des émissions, etc. en italien, en français ou dans une autre langue ?

Mon critère pour choisir une langue est : l’œuvre est en arabe, je ne la lirais qu’en arabe… idem pour le français… idem pour l’italien.

  1. Seriez-vous heureux si vos enfants apprenaient l’italien ? Pourquoi ?
  2. Si vous avez déjà des enfants, parlez-vous habituellement avec eux dans cette langue ? Pourquoi ?
  3. Pensez-vous que l’apprentissage de l’italien pourrait s’avérer au détriment de la connaissance du français et de votre langue maternelle, pour vous et vos enfants ?

Non, ce serait un cumul de richesses…

  1. Jugeriez-vous bien le fait d’être plurilingue, pour vous et vos enfants ?

C’est utile et nécessaire dans notre époque connaître le plus de langues possible.

  1. Pourquoi avez-vous choisi de vous installer en Italie plutôt que dans un pays francophone ? Ne pensez-vous pas que la connaissance préalable du français aurait pu vous faciliter dans une situation d’immigration par exemple en France ou en Belgique ?

J’ai déjà dit que l’entrée en France était difficile pour moi. Mais quand les choses avaient commencé à s’arranger pour mes projets, je découvris que j’avais tissé des amitiés et des amours, non pas avec les personnes mais avec les lieux et le climat, avec la langue qui me plaisait beaucoup. J’avais peut-être trouvé à Milan ce que je voulais aller chercher à Paris !

  1. Quelle est votre opinion à propos de la Lombardie et de l’Italie en général ?

L’Italie est un pays dynamique. Et c’est ce dynamisme qui la rend moins ennuyeuse

  1. Comment jugez-vous les lombards habitant dans votre ville/village et les Italiens en général ?

Pour moi, les hommes sont de la même boue (negra e fredda) que quelque feu s’entête à éclairer et à réchauffer. Koullouna fil hawa sawa.

 

Abdelmalek Smari

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article