Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vues et vécus en Algérie et ailleurs. Forum où au cours des jours et du temps j'essaierai de donner quelque chose de moi en quelques mots qui, j'espère, seront modestes, justes et élégants dans la mesure du possible. Bienvenue donc à qui accède à cet espace et bienvenue à ses commentaires. Abdelmalek SMARI

ENQUÊTE SOCIOLINGUISTIQUE SUR LES LANGUES D’IMMIGRATION AFRICAINE EN LOMBARDIE (3)

 

Données sociolinguistiques : français

 

  1. Comment, où et de qui avez-vous appris la langue française ?

A l’école

  1. Quand vous étiez dans votre Pays d’origine, en quelles occasions, avec qui et dans quels lieux parliez-vous en français ?      

A l’école ou dans l’enceinte universitaire mais seulement durant les cours de français ou se déroulant en français.

  1. À votre avis, quel est votre niveau de maîtrise de cette langue en ce qui concerne l’écrit et l’oral ?    

J’ai un bon niveau en écriture. L’oral est un peu défaillant car je n’utilise que rarement cette langue.

  1. Au niveau oral, mélangez-vous souvent la langue française avec votre langue maternelle et vice-versa ?

Dans le dialecte algérien il y a un peu de francisismes. Souvent je tends à user des expressions françaises quand je parle de psychologie ou des autres disciplines que j’avais étudiées en français.

  1. Projetez-vous d’améliorer votre connaissance de la langue française ? Par quels moyens ?

Par la lecture et l’écriture et si c’est possible, par les voyages.

  1. Pourrait-on la définir comme une langue majoritaire dans votre Pays ?        

Prestigieuse, peut-être, mais pas majoritaire. Non.

  1. Est-ce que cette langue possède un statut officiel dans votre Pays d’origine ?     

Non, elle a plutôt un prestige mais elle est plus une contrainte historique.

  1. Si non, pensez-vous qu’elle devrait l’avoir ? Pourquoi ?   

Elle ne devrait pas l’avoir, à moins qu’on ouvre la porte en Algérie à toutes les langues du monde pour qu’elles deviennent officielles !!!

  1. Est-elle enseignée dans les écoles ou y a-t-il des écoles où cette langue est employée comme langue d’enseignement ? Êtes-vous d’accord avec cela ?     

Elle est enseignée à la grande. Et c’est juste et nécessaire. Quant aux écoles où cette langue est employée comme langue d’enseignement, je mets quelques réserves : elles doivent être des écoles algériennes (dans leurs programmes surtout).

  1. En général, en quelles occasions, par qui et dans quels lieux la langue française est-elle parlée dans votre patrie ?    

A part quelques ministres, quelques médecins ou des immigrés illuminés, je n’ai pas eu encore l’honneur de rencontrer quelqu’un qui la puisse parler correctement au de là de 5 ou 6 phrases. Quant au français cassé, même les maçons arrivent à le mastiquer parfois.

  1. Est-elle utilisée surtout au niveau oral ou au niveau écrit ?               

Je pense que les deux niveaux soient ex æquo.

  1. Vous estimez la langue française prestigieuse ?
  2. Vous pensez qu’elle pourrait être une connaissance utile dans le monde professionnel ?  

Très utile.

  1. Comment voyez-vous le français par rapport à l’anglais ? 

C’est une langue comme les autres. L’avantage et la différence est que je la connais mieux.

  1. Vous vous considérez heureux(se) ou orgueilleux(se) de connaître la langue française ?     

Je suis surtout heureux que mes efforts consacrés à l’apprentissage de cette langue soient aboutis à des résultats optimaux.

  1. Vous croyez qu’elle fait partie de votre identité ? De quelle manière ?    

C’est un instrument qui me permet d’enrichir diversement ma sensibilité et ma culture. Quant à mon identité, c’est moi-même, c’est ma volonté et mes désirs qui la constituent et la nourrissent.

  1. Quels sensations, sentiments et souvenirs associez-vous à cette langue ?

Ici aussi des poèmes, des belles lectures que nous faisait l’enseignant de l’école élémentaire, des mots d’amour que j’écrivis quand j’étais adolescent, le rêve de pouvoir publier des poèmes ou quelque roman en français,

  1. Pouvez-vous la définir avec quelques adjectifs ?       

Langue de la littérature moderne, de la philosophie, rationnelle par Des Cartes, ironique par Voltaire, douce et sensuelle par ses poèmes et ses chansons, cruelle par la littérature du colonialisme.

  1. Ne vous est-il jamais arrivé de penser en français au lieu de votre langue maternelle ?      

Je pense que pour ce qui me concerne l’individu humain n’apprenne en réalité qu’une  seule langue, sur laquelle les autres viennent se poser, se greffer, s’intégrer pour renforcer la première et constituer enfin la langue personnelle (personnalisée) de l’individu.

  1. Si vous vouliez composer un poème, l’écririez vous en français ?       

S’il me vient en français je l’écris en français. Les langues greffées sur la langue maternelle d’un individu donné sont comme des branches ; chacune a ses senteurs propres. Si le vent de l’inspiration souffle de la part des branches françaises c’est un poème à senteur française qui s’ébranle et voit le jour… ainsi sera-t-il pour l’arabe, l’italien, le tagalog ou l’urdu…

  1. Percevez-vous encore la langue française comme une langue de domination coloniale ?

Je ne la perçois pas ainsi : au contraire, ce sont ses mots mêmes frappés dans une telle réalité fasciste qui nous viennent rappeler le passé colonial des gens de cette langue et ce que ces gens ont fait de nous, particulièrement nous les Algériens. Attention, cette littérature colonialiste ne s’est pas effacée du langage et des consciences donc.

  1. Selon vous, pourrait-on considérer le français comme une langue africaine ?     

Pourquoi pas ; s’il se trouve des peuples qui la veulent… ?

  1. D’après vous, est-il juste que des auteurs africains écrivent leurs œuvres en français ?

Wittgenstein disait que la connaissance n’est la propriété privée de personne. Ainsi doit-il être avec les langues qui appartiennent plus au domaine cognitif, patrimoine de toute l’humanité, qu’à autre chose. Et puis publier en français c’est se garantir un marketing efficace et sûr…

  1. À votre avis, est-il bien que des médias (journaux, magazines, télévision, radio, etc.) dans votre Pays d’origine fassent recours à la langue française ?         

C’est légitime et nécessaire pourvu qu’ils ne mélangent pas les genres et monstruosent (de monstruosité) ces mêmes langues mises en contact.

  1. Pensez-vous qu’on donne trop de place à cette langue dans votre Pays ?    

De place pour cette langue et pour d’autres encore, il y’en a en Algérie. Ici aussi, le problème est que les choses dans le tiers-monde se font en style tiers-mondain : elles sont toujours tronquées.

  1. Avez-vous jamais été en France ?

Trois ou quatre fois.

  1. Quelle est votre opinion à propos de la France et des Français ?        

Malheureusement je n’ai pas la science du Genevrino de Dostoïevski pour pouvoir écrire un traité sur la France et les Français…

  1. Avez-vous jamais lu des œuvres littéraires d’auteurs français ?

Des centaines…

  1. Comment qualifieriez-vous le français que vous parlez par rapport au français parlé en France ?

Franchement je suis trop ignorant de ce français là. Mais ils doivent sûrement être un peu proche l’un de l’autre.

  1. Apprendriez-vous la langue française à vos enfants ? Pourquoi ?        

Oui car c’est une richesse de sensibilité et de culture.

  1. Si vous avez déjà des enfants, parlez-vous habituellement avec eux dans cette langue ? Pourquoi ?    

Non je n’ai pas d’enfants. Et puis, à la perpétuation du français, ce sont les Français qui y pensent.

  1. Depuis que vous êtes en Italie, vous vous servez encore de la langue française ? Dans quelles situations ?       

La lecture et l’écriture.

  1. Pourriez-vous décrire une occasion dans laquelle cette langue vous a été particulièrement utile en Italie ? 

Durant l’écriture de mon premier roman et durant le processus d’apprentissage de l’italien.

  1. Voulez-vous garder la connaissance de cette langue pour le futur, ou pensez-vous que, habitant en Italie, le français ne vous sera plus nécessaire ?           

Dans mon cas, une question du genre n’a pas de sens. Une langue apprise dès mon enfance et cultivée durant toute ma vie est inoubliable.  

 

Abdelmalek Smari

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article