Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BERBERICUS

Vues et vécus en Algérie et ailleurs. Forum où au cours des jours et du temps j'essaierai de donner quelque chose de moi en quelques mots qui, j'espère, seront modestes, justes et élégants dans la mesure du possible. Bienvenue donc à qui accède à cet espace et bienvenue à ses commentaires. Abdelmalek SMARI

Les articles "rencontres algeriennes"

Penare, tale è l’umana sorte - (2)

Meursault Golia? Comincio subito per dire l’idea, poi man mano cercherò di introdurre gli indizi nuovi e le nuove considerazioni. Intanto posso dire che Golia, sia per etimologia, sia per “etologia” (comportamento), sia per atteggiamento (senso e sensibilità)...

Penare, tale è l’umana sorte (*) - (1)

Considerazioni circa il romanzo di Renato Rizzi (1) "In realtà, tutta la finzione è finzione. Tutta l’arte è bugia. Il mondo di Flaubert, come quello di tutti i grandi scrittori, è un mondo immaginario, che ha una sua logica, le sue convenzioni, le sue...

الخيط تاع التيليفون تسرقوه من البوطوات ou Quand le voleur lui-même crie « Au Voleur ! »

A cette espèce de voleurs qui accusent - et ils le font toujours sans preuves, injustement ! - nos Gouvernants de voleurs je dis : وانتم ماكومش فاسدين ؟ الخيط تاع التيليفون تسرقوه من البوطوات وتروحوا تبيعوه Que l'autre vole, cela ne justifie pas qu'on...

De vous, j'ai toujours faim, mes frères

De vous Mes gentilles alouettes J'ai toujours faim, Mes frères Mais D’habits sincères Vêtus De vous seulement Mais Comme d'un fruit Acerbe et vert Comme d'un fruit Pourri amer Je sais me passer De vous aussi Quand vous vous teignez En faux En héros blonds...

غدرني الشّيب آلَعْمَرْ

غدر الدّهر (غدرني الشّيب آلَعْمَرْ) غدر الزّمان ولم يزل غدّرا --- يصمّ القلوب ويورث الأكدارا ويفرّق الأحباب بعد تجمّع --- فترى الدّموع على الخدود غزارا كنّا وكنت وكان عيشي ناعما --- والدّهر يجمع شملنا مدرارا (ألف ليلة وليلة) غدرنيَ الدّهر فألهبني شررا...

Ephémère est ma rose

Vous, gentilles alouettes, N'ayez pas peur Je n’ai que faire de vos glorioles Je ne me vends pas en mendiant Ni en pute ni en mercenaire Ce n'est que pour mes livres Pour cette chair de ma chair Pour la dignité de mes viscères Que je me mets en spectacle...

Du pathétique au comique, à l’humain quoi ! (2 et fin)

- Samir parle de l’école algérienne qui consacre un des grands auteurs de la littérature italienne, Dante. La discussion engagée avec les étudiants sur la Divine Comédie permet de mesurer le fossé entre les deux pays de la Méditerranéen, et au-delà entre...

Du pathétique au comique, à l’humain quoi ! (1)

Le SINGE-GRAMMAIRIEN - par l'auteur Je poursuis, mes chers lecteurs, mes écrits avec cette autre interview accordée l’année dernière au journaliste du quotidien algérien El Watan, Iddir Nadir. Elle commence du même point où la dernière interview (accordée...

De l’aliénation ou la ridicule vendetta des vaincus – 7 et fin -

« (...) Le cadre social et culturel nord-africain est représentée [dans ce nouveau roman d'Abdelmalek Smari, La Trottola] avec une intense vivacité, avec des scènes de vie juteuses et ironiques. Son cours narratif me rappelle la prose de Naguib Mahfuz...

De l’aliénation ou la ridicule vendetta des vaincus - 6 -

« Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde. » Albert Camus (citation 100 - sur le web) « Depuis des siècles, le colon étend sa fortune en donnant des noms à ce qu'il s'approprie et en les ôtant à ce qui le gêne. » Kamel Daoud « Contre-enquête…...

De l’aliénation ou la ridicule vendetta des vaincus - 5 -

« Alors voilà, Mary Beton cesse de parler. Elle vous a raconté comment elle en est venue à la conclusion - une conclusion prosaïque - que si vous devez écrire des romans ou de la poésie, vous devez disposer de 500 livres par an et d’une pièce avec une...

De l’aliénation ou la ridicule vendetta des vaincus - 4 -

« Dans l’article 190 des ‘‘Passions de l’âme’’, il [Descartes] s’en prend aux bigots qui s’imaginent ‘‘si grands amis de Dieu qu’ils ne sauraient rien faire qui lui déplaise, et que tout ce que leur dicte leur passion est un bon zèle, bien qu’elle leur...