Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BERBERICUS

Vues et vécus en Algérie et ailleurs. Forum où au cours des jours et du temps j'essaierai de donner quelque chose de moi en quelques mots qui, j'espère, seront modestes, justes et élégants dans la mesure du possible. Bienvenue donc à qui accède à cet espace et bienvenue à ses commentaires. Abdelmalek SMARI

De l’aliénation ou la ridicule vendetta des vaincus - 4 -

« Dans l’article 190 des ‘‘Passions de l’âme’’, il [Descartes] s’en prend aux bigots qui s’imaginent ‘‘si grands amis de Dieu qu’ils ne sauraient rien faire qui lui déplaise, et que tout ce que leur dicte leur passion est un bon zèle, bien qu’elle leur...

De l’aliénation ou la ridicule vendetta des vaincus - 3 -

« Avant d'écrire soyez célèbres. » Marcel Proust COUVERTURE de mon PROCHAIN ROMAN, sous peu, en LIBRAIRIES 4_ A votre avis, pourquoi les Algériens (surtout critiques et journalistes culturels) vous ignorent-ils, pourtant vous avez été lauréat des prix...

De l’aliénation ou La ridicule vendetta des vaincus - 2 -

3 - Que pensent les autres (critiques, journalistes, lecteurs), selon les échos qui vous parviennent, de l’Algérien ou de l’Arabe en général dans vos textes et dans ceux des autres écrivains qui parlent de l’Arabe et de l’Algérien ? Existe-t-il ou non...

De l’aliénation ou La ridicule vendetta des vaincus - 1 - (*)

« Il fallait, adolescent, avoir connu la terrible misère, la honte de soi et de sa race, dont l’orgueil ne délivre pas toujours, il fallait partir du dénuement pour sentir la profonde fraternité de Gide. Il nous a donné le monde, le soleil, l'eau, l'esprit...

« Le Juge et le spectre » Roman d’une ville nommée Milan

Nel carme In morte di Carlo Imbonati del 1805, [Alessandro Manzoni] non dà segni di inquietudine, anzi, volgendosi all’ombra del trapassato le chiede: “… deh, vogli La via segnarmi, onde toccar la cima Io possa, o far che s’io cadrò su l’erta Dicasi almen:...

Ton poète, le prisonnier de la beauté…

Chère F., D’abord je te remercie du fond du cœur de me lire et ensuite je te remercie pour ce beau « j’aime » que tu as souligné. Moi aussi quand je te lis, J’aime… Plus que de « style » difficile, c’est de calvaire qu’il faut parler… je crois que désormais...

La langue des djins ou Considérations sur le Préjugé (*)

Semel in anno insanire necesse est "Les préjugés occupent une partie de l'esprit et infectent toute la partie restante. " Nicolas de Malebranche Préjudice Dans cette petite conférence, je vais parler de moi-même aux prises avec un préjugé sur les langues....

La lingua degli spiriti o Considerazioni sul Pregiudizio(*)

Semel in anno insanire necesse est “I pregiudizi occupano una parte dello spirito e infettano tutta la parte restante.” Nicolas de Malbranche Pregiudizio In questo piccolo intervento, parlerò di me stesso alle prese con un pregiudizio sulle lingue. Io...

ENTRE LE CŒUR ET LA RAISON – Partie I – (8 et FIN)

أَسُكوتٌ والكَونُ جَمُّ المَعانِي وسُكونٌ والنَّفسُ فِي ثَوَرَانِ ؟ أحمد رامي ... وَيا نفسُ جَدِّي فَإنَّ دَهْرَكِ هَازِلُ أبو العلاء المعرّي Jalousie de grisettes, de concubines ? Si Daoud, est là, sur le New York Times ou sur le Magazine Littéraire,...

ENTRE LE CŒUR ET LA RAISON – Partie I – (7)

« Mais, patatras Daoud, par le contenu de son opus, atteint un objectif imprévu. Preuve à l’appui – l’existence de son livre –, il démontre que la censure qu’il prétend combattre n’existe pas en Algérie. En effet, comment publier impunément (et c’est...

ENTRE LE CŒUR ET LA RAISON – Partie I – (6)

« Daoud conclut : “Audin est enfin reconnu comme victime de torture et sa mort comme un crime. Très bien. Mais s’il est nécessaire pour le colonisateur de sortir de la mémoire coloniale avec honneur, il est aussi nécessaire aux décolonisés de dépasser...

ENTRE LE CŒUR ET LA RAISON - Partie I – (5)

ألم أخبرك أنّهم بقر؟ !! " في خلافة الرّشيد كان يدخلُ عليه ويُسامِرُه شاعرٌ أديبٌ ظريفٌ حلوُ المنطق اسمُه كلثوم العتّابي وكان الرّشيد يُحبُّه وكان من أشراف قومه ووجهاء النّاس . فشوهد يومًا يأكل خبزا على قارعة الطّريق فقال له أحدهم أماتستحي أن يراك النّاس...