Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BERBERICUS

Vues et vécus en Algérie et ailleurs. Forum où au cours des jours et du temps j'essaierai de donner quelque chose de moi en quelques mots qui, j'espère, seront modestes, justes et élégants dans la mesure du possible. Bienvenue donc à qui accède à cet espace et bienvenue à ses commentaires. Abdelmalek SMARI

Ephémère est ma rose

Vous, gentilles alouettes, N'ayez pas peur Je n’ai que faire de vos glorioles Je ne me vends pas en mendiant Ni en pute ni en mercenaire Ce n'est que pour mes livres Pour cette chair de ma chair Pour la dignité de mes viscères Que je me mets en spectacle...

Du pathétique au comique, à l’humain quoi ! (2 et fin)

- Samir parle de l’école algérienne qui consacre un des grands auteurs de la littérature italienne, Dante. La discussion engagée avec les étudiants sur la Divine Comédie permet de mesurer le fossé entre les deux pays de la Méditerranéen, et au-delà entre...

Du pathétique au comique, à l’humain quoi ! (1)

Le SINGE-GRAMMAIRIEN - par l'auteur Je poursuis, mes chers lecteurs, mes écrits avec cette autre interview accordée l’année dernière au journaliste du quotidien algérien El Watan, Iddir Nadir. Elle commence du même point où la dernière interview (accordée...

De l’aliénation ou la ridicule vendetta des vaincus – 7 et fin -

« (...) Le cadre social et culturel nord-africain est représentée [dans ce nouveau roman d'Abdelmalek Smari, La Trottola] avec une intense vivacité, avec des scènes de vie juteuses et ironiques. Son cours narratif me rappelle la prose de Naguib Mahfuz...

De l’aliénation ou la ridicule vendetta des vaincus - 6 -

« Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde. » Albert Camus (citation 100 - sur le web) « Depuis des siècles, le colon étend sa fortune en donnant des noms à ce qu'il s'approprie et en les ôtant à ce qui le gêne. » Kamel Daoud « Contre-enquête…...

De l’aliénation ou la ridicule vendetta des vaincus - 5 -

« Alors voilà, Mary Beton cesse de parler. Elle vous a raconté comment elle en est venue à la conclusion - une conclusion prosaïque - que si vous devez écrire des romans ou de la poésie, vous devez disposer de 500 livres par an et d’une pièce avec une...

De l’aliénation ou la ridicule vendetta des vaincus - 4 -

« Dans l’article 190 des ‘‘Passions de l’âme’’, il [Descartes] s’en prend aux bigots qui s’imaginent ‘‘si grands amis de Dieu qu’ils ne sauraient rien faire qui lui déplaise, et que tout ce que leur dicte leur passion est un bon zèle, bien qu’elle leur...

De l’aliénation ou la ridicule vendetta des vaincus - 3 -

« Avant d'écrire soyez célèbres. » Marcel Proust COUVERTURE de mon PROCHAIN ROMAN, sous peu, en LIBRAIRIES 4_ A votre avis, pourquoi les Algériens (surtout critiques et journalistes culturels) vous ignorent-ils, pourtant vous avez été lauréat des prix...

De l’aliénation ou La ridicule vendetta des vaincus - 2 -

3 - Que pensent les autres (critiques, journalistes, lecteurs), selon les échos qui vous parviennent, de l’Algérien ou de l’Arabe en général dans vos textes et dans ceux des autres écrivains qui parlent de l’Arabe et de l’Algérien ? Existe-t-il ou non...

De l’aliénation ou La ridicule vendetta des vaincus - 1 - (*)

« Il fallait, adolescent, avoir connu la terrible misère, la honte de soi et de sa race, dont l’orgueil ne délivre pas toujours, il fallait partir du dénuement pour sentir la profonde fraternité de Gide. Il nous a donné le monde, le soleil, l'eau, l'esprit...

« Le Juge et le spectre » Roman d’une ville nommée Milan

Nel carme In morte di Carlo Imbonati del 1805, [Alessandro Manzoni] non dà segni di inquietudine, anzi, volgendosi all’ombra del trapassato le chiede: “… deh, vogli La via segnarmi, onde toccar la cima Io possa, o far che s’io cadrò su l’erta Dicasi almen:...

Ton poète, le prisonnier de la beauté…

Chère F., D’abord je te remercie du fond du cœur de me lire et ensuite je te remercie pour ce beau « j’aime » que tu as souligné. Moi aussi quand je te lis, J’aime… Plus que de « style » difficile, c’est de calvaire qu’il faut parler… je crois que désormais...