Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BERBERICUS

Vues et vécus en Algérie et ailleurs. Forum où au cours des jours et du temps j'essaierai de donner quelque chose de moi en quelques mots qui, j'espère, seront modestes, justes et élégants dans la mesure du possible. Bienvenue donc à qui accède à cet espace et bienvenue à ses commentaires. Abdelmalek SMARI

Salut Tunisie! Honneur aux Tunisiens! Ou « Si le peuple, un jour, choisit la vie... »

Le seul espoir est que les gens ne soient pas dupes et,

maintenant qu'ils ont commencé à parler, qu'ils continuent

de faire pression pour une période de transition

aussi courte que possible. Afin de ne pas se retrouver

avec 20 ans d'état d'urgence comme en Algérie.

Pour demander immédiatement l'ouverture des espaces

de liberté et la fin de la répression.

http://kametref.fr.over-blog.com/article-tunis-comme-bucarest-65008765.html

 

 

 

Salut Tunisie! Honneur aux Tunisiens qui ont su honorer ceux, parmi leurs proches ou amis, qui sont tombés pour la dignité du citoyen tunisien et qui continueront à le faire à chaque fois que le devoir de dignité les appellera !

Que les Tunisiens soient un exemple pour les autres peuples de l'Afrique du nord où l'on voit encore – Oh Honte de toutes les hontes! - des Séniles dictateurs commander avec fer et feu leurs peuples, les opprimer, les humilier et les exploiter.

Qu'ils soient sûrs que désormais une époque, l'époque de l'omerta et de la terreur, est à jamais révolue. Désormais c'est l'ère de la liberté et de la dignité qui a sonné et qui va régir la vie et les mœurs des citoyens tunisiens.

Que nos frères tunisiens soient sûrs que désormais le Système tremble à l'idée d'avoir dorénavant à faire à des lions et non plus à des brebis bêtes et soumises (comme il avait cru jusqu'à hier). Désormais le Système se voit opposée, à sa hogra et à son arrogance, la volonté du peuple tunisien. Une volonté de roc, si elle n'est pas de fer et de feu.

Et c'est un signe que ce Pouvoir même, ses gens ou ceux qui prennent la relève, ont compris ce que veut dire « Si le peuple un jour choisit la dignité... »

Ce Pouvoir a compris la prophétie, la vraie prophétie, du grand et inoubliable fils de Tunisie Abou El-Qacem Ech-Chabbi.

Mais qu'ils n'oublient surtout pas que le pouvoir reste puisqu'on ne peut pas vivre sans règles et sans loi car le pouvoir est l'exercice d'une violence légitime dicté par la nécessité de l'ijtim'aa (vivre en société), par l'Histoire et par la Loi au service de l'intérêt commun.

 

Que veut dire une telle insurrection?

Que nous enseigne l'insurrection tunisienne ou de quoi renseigne-t-elle? D'abord elle apprend au monde, aux détenteurs du pouvoir et aux dignes insurgés mêmes que la conquête de la dignité et du respect est l'alpha et l'oméga de l'existence humaine, de la vie citoyenne.

Elle nous apprend ensuite que cette dignité et ce respect s'arrachent dans le sang et la douleur en ce sens qu'ils ne viennent jamais donnés comme cadeau.

Il n'y a aucun doute que cette insurrection a dérouté le Système et tout stratège qui d'habitude se vante de tout prévoir: ce soulèvement s'est passé dans la Tunisie et a été guidé et opéré par les Tunisiens. En plus et – chose fort curieuse – aucun parti politique ne l'avait revendiqué sinon pour le soutenir, personne ne l'a attribué aux mouvements islamistes ou dits intégristes; et il a eu pour label: la revendication des droits citoyens: le travail, la sécurité et la dignité.

Mais au-delà de ces évidences - n'est-ce pas étrange? - elle a en premier lieu dérouté le Système et ses relais extérieurs surtout qui, jusqu'ici, s'étaient toujours cachés derrière une feuille de vigne rongée et usée, à savoir « le péril islamiste ».

Le système et ses relais ont été tellement déroutés qu'ils ont oublié d'accuser les islamistes. Ils n'ont pas su ou il n'ont pas eu le temps d'évoquer ce prétexte.

À ce point, il me vient de me demander: « Qui sait si tout ce qu'on a l'habitude de cacher derrière les différentes « El Qaeda » n'est pas tout simplement une revendication de dignité, à la tunisienne, qui est de la même nature des revendications tunisiennes? »

C'est vraiment étrange qu'on n'a pas su évoquer cette vérité ou qu'on n'a pas su l'évoquer à temps.

Et d'ailleurs une telle mystification (qui avait fait son age d'or à l'époque de Bush et de ses vassaux en Europe et dans monde) aurait-elle été possible en Tunisie au moment où justement tous les Tunisiens sont sortis pour revendiquer clairement et avec force le droit au travail, à la dignité et à la sécurité?

Une telle mystification aurait-elle été possible au moment où justement le Système et ses barons avaient pris conscience de la dure réalité qu'est la vraie souffrance, morale avant tout, du peuple tunisien? Et n'oublions pas que l'homme est homme justement parce qu'il est moral.

Donc une telle mystification aurait-elle été possible au moment où le Système et ses barons avaient compris que désormais le tamis « islamiste » n'est plus apte à cacher le soleil de la dignité et en empêcher le passage vers le cœur et la vie des Tunisiens?

L'heure a sonné pour cette tendance stupide (un temps, politicaly correct) qui mettait toutes les révoltes passées et récentes sur le compte du « fanatisme » islamique.

Cette ère des grandes mystification a sonné et devrait sonner pour celui qui est encore sourd au grondement de l'histoire, pour celui qui est resté aveugle et insensible aux scintillements de l'évolution de la conscience de l'homme.

 

Que reste-t-il après cet exploit historique des Tunisiens?

Que reste-t-il après cette grande gifle aux arrogants mystificateurs? Que le Tunisiens se rendent compte qu'ils ont déjà entamé le chemin de la dignité et que le noble geste sacrificiel - du jeune chômeur qui s'était immolé par le feu pour la dignité et la liberté - en fut le moment inaugural. La grandeur de l'idéal réclame toujours la grandeur des sacrifices.

Que les Tunisiens retrouvent leur sérénité, digne de leur combat victorieux! Qu'ils retournent à leurs besognes et au cours normal de leur nouvelle vie, mais sans baisser les bras ou le regard de la dignité et de la vigilance!

L'heure est au pansement des blessures, à l'apprentissage de cette nouvelle vie, à la création d'autres mœurs basées sur la dignité, le respect, la liberté et la sécurité.

Car ils ont brûlé, saccagé, détruit et se sont fait du mal les uns aux autres et c'était nécessaire puisque c'est ce qui s'est passé et puisque un grand résultat a été obtenu avec la déchéance du dictateur.

Je ne dis pas qu'ils n'auraient pas dû casser, brûler, saccager, détruit... mais qu'ils soient prêts à assumer leur responsabilité quand le temps de la reconstruction viendra – et il s'est déjà présenté dès la fuite du dictateur. Qu'ils redoublent de force et d'énergie pour récupérer le temps que le combat leur a fait perdre.

 

Et que reste-t-il encore?

Que le monde cesse de nous ronronner à l'oreille ce refrain d'El Qaeda d'ici, El Qaeda de là... alors qu'il s'agit tout simplement, dans toute violence sociale de n'importe quelle société du globe, de revendications pour le respect et la dignité.

Il est urgent que nos Intellectuels se réveillent, ri-acquierent un peu de décence intellectuelle et ré-apprennent à appeler par leurs noms ce que - après Marx, Gramsci et un certain Fanon - on ne peut malheureusement plus nommer de peur de perdre ses intérêts égoïstes et le privilège de bêler et sautiller béatement avec son propre troupeau.

Que nos intellectuels ré-apprennent à être honnêtes et courageux pour dire: « Un homme ou deux ou vingt sont morts par les mains des gendarmes du Capital local et international » au lieu de dire «  Un homme ou deux ou vingt sont morts par les mains des forces de l'ordre »!!

Qu'ils aient, ces intellectuels, le courage de le dire haut et clair!!

Quand est-ce qu'ils vont se réveiller ces représentants de la conscience humaine, cette même conscience que l'histoire leur a confiée?

Quand est-ce qu'ils cessent de suivre comme un troupeau de brebis soumises, et seulement soumises, le diktat de leurs seigneurs et maîtres, les serfs du Capital?

N'ont-ils point d'autres qualités ou fonctions que celle de suivre et de bêler pour rassurer leurs maîtres?

 

Qu'ont-ils dans la tête, ces tronches de cake?

On ne sait pas encore grand chose sur la révolte tunisienne de ces jours, sur son succès et surtout sur les conséquences certaines qu'elle aura sur l'Algérie en particulier et la Libye et l'Égypte en général. Car une révolte échouée peut ne pas concerner le plus proche des patelins, par contre une révolte victorieuse ne laissera indifférent personne: proche ou lointain.

Certes, nos gouvernants « africains du nord » sont en train de préparer déjà ou d'aiguiser des stratégies en les mettant à jour à la lumière des derniers événements tunisiens pour affronter tout imprévu et être prêts à réagir à temps...

Mais comme les Tunisiens nous ont appris en ces jours: si une révolte pour la dignité (donc contre la hogra qui de toute façon porte à la misère économique) est inexorable, elle reste toujours inédite.

Elle est inédite dans sa forme, dans son ampleur, dans le temps et dans l'endroit où elle éclate, dans ses conséquences, dans les énergies qu'elle déchaîne chez ses partisans et les sympathisants qu'elle peut avoir... nos gouvernants étudient bien ces réalités, et ils les savent par cœur et en perdent le sommeil même. Ils s'agitent, ils se mobilisent, ils solidarisent et s'allient entre eux...

Mais ils savent aussi qu'il existe aussi des révoltes vouées à la faillite, parce qu'elles n'auront pas le temps nécessaire pour mûrir les consciences et déterminer les volontés. Et ils résistent alors, nos gouvernants, ne serait-ce que pour cette possibilité.

Et s'ils arrivent à survivre aux périls de ce type de révoltes avortées c'est parce qu'ils croient en cet espoir... espoir misérable bien sûr et lâche aussi, peut-être.

Ce qui reste incompréhensible, mais vraiment incompréhensible, c'est la lâcheté aggravée de masochisme qu'adoptent certains de nos gouvernants (et ils sont légions malheureusement!) quand ils se rivent au trône à jamais, croient-ils, et n'acceptent plus d'en déguerpir que cravachés, avec des coups de bottes dans le derrière, chassés dans l'humiliation et dans la stupidité totale... comme celui qu'on avait tiré d'un trou comme un rat, comme le seigneur Ben Ali qui s'est enfui comme un vulgaire délinquant... et la liste est longue...

Sont-ils si imbéciles que ça, nos gouvernants suprêmes?! Qu'ont-ils dans la tête, ces tronches de cake?

 

« et les gens appellent les Européens à la mobilisation maximale pour défendre la population tunisienne. » !!!

Pendant que j'écrivais les derniers mots de cet article, j'ai reçu un email avec le titre: « en Tunisie la situation précipite: des voyous fidèles à Ben Ali et d'islamistes se sont déchainés... » où l'auteur rapporte ce « appel d'alarme [qui] est très fort et les gens appellent les Européens à la mobilisation maximale pour défendre la population tunisienne. Le gouvernement provisoire ne contrôle rien ou laisse faire. La vengeance de Ben Ali est à l'œuvre et les islamistes tentent d'en profiter... »

Enfin on voit ici présents tous les ingrédients pour solliciter une ingérence des pays prédateurs dans les affaires tunisiennes!

Voici mon commentaire:

« Personnellement, je ne crois pas à cette présumée précipitation – ai-je écrit en réponse à cet email: le trouble était tellement grand, profond et ample qu'il faut un peu de temps encore pour que les choses se remettent en place et se trouvent un équilibre adéquant. A moins qu'il s'agit là, à travers ce soi-disant appel dramatique d'alarme, d'un signe de conscience de type Caritas urget, ou du prurit de faire les bons samaritains, coûte que coûte, et de s'ingérer dans les affaires des autres... attitude typique des nostalgiques et des hérauts de l'exécrable système colonialiste.

Les Tunisiens n'ont consulté personne quand ils se sont soulevés pour chasser Ben Ali, et ils n'ont certainement pas besoin de ces soi-disant sauveurs ou de leurs semblables pour les protéger...

admettons par absurde que ces dieux d'Européens y puissent vraiment quelque chose contre la misère des Tunisiens, pourquoi les ont-ils laissés suffoquer et pourrir pendant les infinis mandats de Bourghiba et de son évinceur et successeur Ben Ali?

Merci M. Turi (l'auteur de l'email signe Turi pour Salvatore), même si votre nom signifie « Sauveur ».

Merci du fond du cœur, vous ne leur servirez à rien sinon à faire durer cet état de choses et à précipiter leur pays donc vers le chaos de l'Irak, de l'Afghanistan, de la Yougoslavie, de la Somalie et du Soudan pour ne pas citer d'autres pays victimes des sabotages « bienfaisants » des pays prédateurs.

Quant à vous personnellement, si vous pensez vouloir vraiment du bien à ce peuple tunisien qui a d'ailleurs connu l'État et la politique avant même que Rome naquît, si vous êtes pour la démocratie et le respect de la volonté des autres Êtres humains dignes et voulants (dotés de dignité et de volonté propres, sans l'intervention magnanimes des soi-disant philanthropes), si vous avez un peu de lucidité politique et une conscience historique large et souple, si vous croyez vraiment en la justice et la liberté, si vous croyez que les peuples du tiers monde font partie, eux aussi, de l'humanité avec tout le cortège de valeurs et d'aspirations à la dignité et à la grandeur que cette humanité traine ou charrie... essayez plutôt de fêter avec les Tunisiens cette grande victoire.

À moins que ça vous ait fait mal que les Tunisiens ont su et pu se libérer sans l'aide des dits philanthropes, comptant sur leur propre conscience, leur propre capacité et leur propre détermination...

 

Avant même que les coqs chantent

Quant à la casse, au chacallage et autres soi-disant méfaits, ne vous en faites pas: toute cette perte égalerait à l'argent de poche de quelques footballeurs du Milan Ac.

Et puis ce sont ces Tunisiens qui ont créé hier ces richesses que vous les voyez détruire aujourd'hui et qu'ils vont reconstruire demain, très tôt... avant même que les coqs chantent, avant même que les soleils de l'univers surgissent.

De grâce, ne cautionnez donc pas les sabotages « bienfaisants » des pays prédateurs et cessez de faire (pure lei!) le loup qui construit l'agneau pour le plaisir de le dévorer ensuite et le plaindre enfin de parcours.

Faites ce petit effort et vous verrez que cela ne vous empêcherait nullement d'exister ni empêcherait le soleil de surgir demain et d'être au Rendez-vous avec les tout doux habitants de la terre... et les méchants aussi. La prego!!!! »

 

Abdelmalek Smari

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article