Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BERBERICUS

Vues et vécus en Algérie et ailleurs. Forum où au cours des jours et du temps j'essaierai de donner quelque chose de moi en quelques mots qui, j'espère, seront modestes, justes et élégants dans la mesure du possible. Bienvenue donc à qui accède à cet espace et bienvenue à ses commentaires. Abdelmalek SMARI

Saison d’enfer pour ces sempiternels bernés de Bédouins, dits Arabes…

 

« Il y a une vérité ancrée chez la plupart des

experts occidentaux est que les Arabes sont

 faciles à berner et qu’il est aisé d’exploiter

leur faiblesse et susciter les divisions parmi

eux, sur une base confessionnelle et ethnique. »

Abdelbari Atwan - M. Saadoune - Le Quotidien d’Oran du 5 août 12

 

 

Soit dit en passant

 « Alléluia. Nos guides spirituels de La Mecque, les Gardiens du temple, les sentinelles du monopole religieux sunnite ont excommunié la Syrie. Après l’avoir chassée du giron arabe, et avec l’aide de nos frères bédouins du Qatar, ils ont bouté Damas hors de la mosquée.

Les deux monarchies américanisées du Golfe n’ont eu de cesse de touiller dans le chaudron de la Nation arabe, comme s’il en restait grand-chose, jusqu’à le faire déborder. Apprentis-sorciers, munis d’une recette mijotée dans les laboratoires de ceux qui réfléchissent, ils ont préparé, encouragé, financé puis armé des groupes qui ont bouleversé l’ordre établi et semé le chaos au sein des populations arabes. »

Les rebelles du désert par Moncef Wafi le Quotidien d’Oran du 18-08-12

Cette citation présente les nouveaux arrivistes dans l’histoire actuelle – il y a à peine quelques années ils étaient des chameliers au service de leur seigneur Lawrence – comme des grands défenseurs de la démocratie, eux qui interdisent en ces jours mêmes à leurs femmes de conduire une auto et pas même un chameau !

En effet « Il est interdit à Doha – comme l’avait Akram Belkaid au Quotidien d’Oran du 03-11-12 -, de créer un parti politique, un syndicat et même toute association à connotation citoyenne : qu’il s’agisse de consommateurs ou de protection de l’environnement… Dans l’émirat, même la grève est proscrite. »

Eux qui, avec l’aide de leurs seigneurs - compatriotes ou proches parents du même Lawrence -, osent exclure la Syrie de faire part de l’humanité !

La Syrie qui leur a enseigné à écrire et à lire, la Syrie qui, au détriment du Syriaque, a sauvé et ressuscité leur langue donnée pour morte et leur littérature ensevelie pendant des siècles et leur a ouvert les yeux sur leur mémoire et sur leur futur.

Avec quoi ces bédouins ont récompensé la Syrie pour tous ces bienfaits ? En jurant sa destruction totale jusqu’à la dernière brique, jusqu’au dernier souffle des Syriens !


لولا الشّام لماتت العربيّة وعربها

للمرّة الأولى تخرج إلى الضوء ملحمة «الراميانة» الهندية الشهيرة في صيغة عربية نادرة أنجزها الشاعر وديع البستاني، سليل «البساتنة» الذين كانت لهم يد بيضاء في إحياء اللغة العربية والحفاظ عليها إبان الحقبة العثمانية الأخيرة المتزامنة مع عصر النهضة. عبده وازن – الحياة - السبت ١ سبتمبر ٢٠١٢

 

Mais ce n’est pas étonnant, ces bédouins – grâce à la générosité et au génie historiques des Syriens – ont repêché une légende qui dit pertinemment combien ces ploucs de bédouins sont reconnaissants : la récompense de Synimmare ! le célèbre ingénieur avant le terme qui construisit une tour de la hauteur de laquelle le sultan( ?) – connaissaient-ils déjà alors, ces bédouin, cette fonction ou ce titre ? – l’aurait jeté afin qu’il ne se hasardât pas à en construire d’autres pareils ou meilleurs pour d’autres cheikhs, ses rivaux.

Maintenant l’horrible sentence de delenda est s’est abattue sur la Syrie afin qu’elle ne procède plus une autre fois au réveil de quelqu’un d’autre parmi les peuples de la région encore endormis ou presque morts.

 

L’empire c’est l’empire

Certes, cette sentence n’a pas été le fruit des réflexions de la part des bédouins mais elle est le produit exclusif et breveté des très sérieux gens qui réfléchissent pour eux.

D’ailleurs comment pourraient-ils, ces bédouins, ou seraient-ils capables d’une telle invention, eux qui ne réfléchissent pas puisqu’on réfléchit à leur place et pour leur compte ?!

En fait ce n’est point une hypothèse d’école dire que l’empire du moment, avec l’arrivée de l’agneau Obama, a changé de stratégie : de dure et inflexible qu’elle était sous la dynastie des Bush, elle est devenue soft et toute velours et soie avec cet héritier de la doctrine impérialiste version démocrate à la Kennedy, Carter et Clinton.

Mais la matière première, la vocation naturelle, génétique, viscérale de la stratégie impérialiste reste, elle, d’acier, inflexible et surtout impitoyable comme le destin, inexorablement corruptrice tout à fait comme l’œuvre du temps.

Donc Obama ou pas Obama, l’empire c’est l’empire. Et ses diktats doivent être honorés طوعا أو كرها     volen nolen, quelques soient l’intérêt et l’état d’âme de ceux qui les subissent.

La saison d’enfer (ou si vous voulez le soi-disant printemps) arabe a été concoctée dans les laboratoires des stratégies pour l’hégémonie absolue et sans faille de l’empire. Et les méthodes et moyens pour le réaliser ont été arrêtés et approuvés dans les centres de décision de l’empire ; et ce peut-être même contre l’avis de M. Obama.

Mais celui-ci n’a pas de choix. Il a accepté et s’est même battu, quitte à se métamorphoser en marionette, pour être hôte à la Maison candide de l’empire, maison sacrée de dieu sur terre.

Et à présent cette marionnette de ce manège de l’horreur n’a qu’à jouer le rôle qu’on lui a assigné.

Bien entendu, comme président des States, il a lui aussi un rôle personnel à jouer et c’est pour ça qu’on l’a enrôlé.

Et son rôle consiste justement à donner un cachet plus cachant du visage hideux de la cruelle libido dominandi qui avait été exagérée avec la dynastie des Bush. A chacun son style.

Et lui, tout velours et soie comme il est – son clan ou si vous voulez ses conseillers et ses démagogues de démocrates -, n’a pas omis d’être inflexible et impitoyable pour sauvegarder les intérêts stratégiques et la suprématie de l’empire. Qu’on pense à ses drones et ses guerres qu’il poursuit avec assiduité et persévérance.

M. Obama a donc assigné son service d’information à la très honnête filiale de la CNN, cette annexe de tv au service de l’Intelligence des States, connue sous son nom commercial et eufémique : Al Jazeera.

Et ce pour un évident motif : elle parle la langue que les Arabes comprennent et peuvent avaler, sans risque d’étouffer, toutes les couleuvres et les immondices.

Elle, l’infame et làche, leur parle cette même langue que les Syriens ont extraites des décombres de l’histoire pour l’offrir généreusement sur un plateau d’or à ces pays mêmes qui maintenant veulent sa ruine. Cruelle reconnaissance pour contenter les velléités et les entreprises destructrices et létales de l’empire et de ses mercenaires à gratos. Que dis-je ?! de ses mercenaires payants !!!

 

Gangrène en Algérie, joyau de la couronne en GB

« Actif dans les réseaux sociaux, présent à Genève, Londres ou Doha, le FIS [Front islamique du salut dissous par la justice en mars 1992] dispose d’une chaîne de télévision, Al-Magharibia (à ne pas confondre avec la marocaine Al Maghribia) basée à Londres et dirigée par Oussama Madani, fils d’Abbassi, président-fondateur du Front. »

Islamisme : l'exception algérienne | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

Halal pour moi, haram pour toi ! Le royaume uni héberge des Islamistes et leur permet d’activer avec des machines de propagande et ne se gêne point !

S’ils étaient cachés et choyés sous d’autres cieux, les drones de M. Obama et la langue des BHL auraient anéanti la ville et les monts qui les abritaent, comme dans le nord du Pakistan, par exemple.

Mais glissons…

L’autre innovation infernalement géniale de M. Obama et fort rentable pour son empire est de ne plus recourir à l’extorsion directe de fonds en faisant chanter les enculés de la terre comme faisait ses prédécesseurs de la dynastie Bush.

Il n’a plus besoin d’engager ses GI’S, leurs vies et les biens de l’empire – mais s’en faut-il tant pour qu’un seigneur convainque ses moujiks !? – pour leur faire payer directement les frais de cette entreprise de malheur. Car le gain de l’empire est désormais d’ordre humain, et seulement humain : presque indénonçable !

Les bédouins et leur pétrole - qui ne leur appartient qu’apparemment - se chargent de financer la chaotisation des pays arabes, de payer les mercenaires que sont ces pays prédateurs, de fabriquer des informations sur les mensongères victoires des soi-disants rebelles, de liquider médiatiquement dans des studios de cinéma et de tv (à défaut de le faire physiquement dans des champs de bataille) les résistants et les vrais patriotes.

En ce qui suit, voici deux citations extraites de http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2877 qui témoignent de la manipulation diabolique et haineuse de ces bédouins – et il n’y a pas de plus méchant et cruel d’un bédouin qui hait :

1 « En 1998, l’Algérie est encore plongée dans la tourmente d’une guerre civile qui ne dira jamais son nom. Liamine Zeroual, alors président de la République, découvre sur Al Jazeera, jeune chaîne créée à peine trois ans auparavant, un reportage diffusant des combats supposés dans une région reculée de l’Algérie. En fait, les images avaient été tournées au Liban, les Qataris avaient reconstitué fictivement les affrontements entre les islamistes et l’armée, qui avaient certes lieu à l’époque, mais loin de toute caméra. »

2 « Les services de sécurité algériens apprennent qu’Al Jazeera a mis un dispositif dans la ville marocaine d’Oujda pour reconstituer d’hypothétiques scènes de révoltes : installation de caméras, organisation de studios, recrutement de figurants. Le but est de diffuser ces images, au moment voulu, comme si elles avaient été filmées en Algérie pour favoriser les désordres attendus par le Qatar… De nouveau, Al Jazeera ne recule pas devant la confection de reportages hostiles. Mais en vain ! Alger ne brûla pas. »

Il s’agit donc ici de procédés infernaux pour détruire systématiquement et scientifiquement même les enculés de la terre.

Bien entendu, des procédés mis au point par l’empire de tous les empires et expérimentés avec des succès foudroyants en Somalie, en Yougoslavie, en Irak, en Afghanistan, au Soudan, en Libye et aujourd’hui en Syrie et au Mali.

Procédés infernaux de cet art-science de faire la guerre au XXIe siècle qui ont prouvé donc leur efficacité chaotisante et destructrice et qui ont été remaked par Al Jazeera et les bourses de dollars infinies de ces méchants Alibabas de bédouins.

Epargnés ces Alibabas ? sauvés les biens de ces nouveaux serfs (volontaires ?) de l’empire ? Que nenni : celui-ci sait fort bien comment se faire payer pour le moindre des services qu’il rend à l’humanité et en manière particulière aux bédouins.

Services qui, comme toutes ses idées et toutes ses productions en mal comme en bien, sont et doivent être brevetables et payants, rentables donc.

Enfin les bédouins doivent savoir que l’empire et les autres pays prédateurs à son service prélèvent des impôts sur le net que les dits Emirs( ?!) gagnent.

Et là, seul l’empire avec sa science économique de pointe est capable d’évaluer ce gain et partant le pourcentage qui lui revient ou, mieux encore, le bakchich que sa magnanimité consent de laisser à ses serfs d’Alibabas.

Ainsi donc toutes les terres, même celles désertes et stériles, les ressources naturelles et même les chameaux seront taxés car c’est grâce à l’empire que les bédouins et leurs richesses doivent leur existence et leur survie.

Les bédouins se sont convaincus dès le premier discours impérial(iste) que sans l’entreprise de l’empire, sans la bénédiction de ce leur-nouveau-dieu, leurs terres, leurs ressources (surtout), leurs chameaux et même leurs tentes brodées d’or et d’argent se seraient volatilisés…

Quant aux maitres et seigneurs de ces bédouins, forts et experts comme ils sont en matière de fabrication et écoulement des armes, en technique scientifiques de ruine et de chaotisation du monde des proies faibles et sans défense, en mystification et en mensonge (cet art qui prétend sans rire que le concept de l’âne braie autant que l’âne même et que celui du chien aboie)… quant à ces champions de l’extorsion des fonds et des richesses à l’échèle mondiale, ils sont là pour superviser cette machine infernale et veiller sans attirer les regards et les soupçons à ce que tout procède dans la discrétion totale et avec une efficacité sans faille.

« Ainsi, lorsque le journaliste français Gilles Jacquier est tué le 11 janvier à Homs, le Conseil national syrien (CNS) s’empresse de dénoncer un guet-apens du régime [le gouvernement syrien], théorie reprise dans les médias hexagonaux. Il faut attendre juillet et une fuite du ministère français de la Défense pour que soit enfin évoqué un tir rebelle. De même, bien que la présence d’Al-Qaïda et de groupuscules affiliés soit attestée en Syrie, le régime est immédiatement accusé par le CNS d'avoir perpétré l'attentat aveugle qui a fait 55 morts à Damas le 10 mai. Et quand deux grands journaux allemands, Die Welt et le Frankfurter Allgemeine Zeitung, affirment que le massacre de Houla, à la fin mai, aurait en réalité été perpétré par les rebelles, l’information est à peine relayée. »

Syrie : fausses nouvelles du front | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

 

Abdelmalek Smari

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article