Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BERBERICUS

Vues et vécus en Algérie et ailleurs. Forum où au cours des jours et du temps j'essaierai de donner quelque chose de moi en quelques mots qui, j'espère, seront modestes, justes et élégants dans la mesure du possible. Bienvenue donc à qui accède à cet espace et bienvenue à ses commentaires. Abdelmalek SMARI

« Répondre aux méchants c'est répondre à une poubelle ? » soyons réalistes Messieurs : l’homme est méchant… foncièrement... m.

« La presse algérienne doit parler de ce qui arrive

à Houria Bouteldja car c'est tout simplement son

droit à l'expression qui est attaqué [au cœur même

dudit pays des droits de l’homme ]. Violemment. »

Libertad de K.Selim – Quotidien d’Oran 04-11-12

 

 

 

Suisse : des écolos veulent freiner l'immigration pour protéger la nature

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 02.11.2012 à 16h39 • Mis à jour le 02.11.2012 à 16h40

 

« Leurs arguments sont scientifiques et sèment la zizanie dans l’échiquier politique de la Suisse. Parvenant à séduire une partie de la droite populaire, le groupe d’écologistes Ecopop a déposé vendredi 2 novembre devant les autorités une initiative en vue d’une "votation" pour limiter l’immigration. Le but : protéger la nature et limiter le besoin de constructions nouvelles. Le texte "Halte à la surpopulation" propose donc de "limiter l’immigration nette en Suisse", à un taux de 0,2 % par an en moyenne (calculé sur trois ans). »

 

L’homme, est-il vraiment méchant ?

Il n’y a pas de limites au pire, disent les Italiens. Il n’y a pas non plus de limites à la méchanceté, dis-je, moi, auteur de ces lignes.

Les revendications (racistes? Non) égoïstes de ces Suisses, bien-portants et bon raisonneurs surtout - puisque ils avancent ce qu’ils avancent, arguments scientifiques à la main -, procèdent de cette méchanceté sui generis du genre humain.

Ce n’est pas que je veux exclure ces Suisses de ce qui constitue la nature même de l’homme, savoir : être méchants.

Ce n’est pas que je vais jusqu’à prétendre que la méchanceté soit un accident de parcours de la condition humaine.

Ce n’est pas que je vais jusqu’à dire qu’elle soit l’apanage ou la propriété privée des seuls peuples nantis et jaloux de leur opulence comme c’est le cas de ces bons, ces doux agneaux d’écologistes suisses, ces jaloux sérieux de la virginité de « leur » Nature.

Je ne vais pas donc jusqu’à prétendre que Tous les Suisses soient réfractaires à cette méchanceté originelle ; à moins que la race suisse appartienne à la race bénie des anges ou des bêtes à queues, des bêtes à quatre pattes qui, eux (angesa et bêtes), ne font pas partie, de par leur nature, des clubs des méchants.

En fait il n’y a pas d’exception à cette règle (être foncièrement méchants si l’on veut vraiment être des humains et remplir notre rôle et fonction d’êtres humains); et s’il se trouve quelque part quelqu’un qui croie le contraire, ce serait une aberration de la condition humaine.

Aberration ? parlons-en : Qui sait si l’homme, lui-même, ne soit pas une aberration de la nature ?

Il avait raison Hobbes quand il avait brandi à la face des innocents hommes cette vieille vérité que les honnêtes hommes croyaient morte et ensevelée : « Homo homini lupus ».

Il avait bien lu et compris, ce sacré de Hobbes, ce sage illustre, les écrits du très fin connaisseur de la nature humaine qu’était Machiavel.

 

Mais oui, voyons ! l'homme est foncièrement et seulement méchant

Et puis, toute philosophie mise à part, « La monnaie mauvaise frappe de discrédit la bonne monnaie » comme disent les Italiens. Les Italiens, encore eux !

Vous l’avez compris, chers lecteurs : cette méchanceté est propre à la race des Humains. Elle est fondamentale, ontologique même, fondante du fait anthropologique.

Elle est l’élément déterminant et indispensable pour tout philosophe hanté par l’obsession de donner une définition complète et fidèle de ce que le mot ‘‘Homme’’ veut dire ; puisqu’elle constitue la matière première dont son faites la psychologie de l’homme et sa morale, l’étoffe dont est faite cette créature connue vulgairement comme primate mais autoproclamé et autocélébré comme Homme si non comme l’Humanité (la Bonté s’entend) incarnée !

La méchanceté est donc l’élément sine qua non de toute tentative de définition sérieuse et scientifique du concept, dudit Mystère, ‘‘Homme’’.  

Et jusqu’ici, personne n’aurait rien à redire sur mon raisonnement ; pas de détracteur sur ce point à moins qu’il s’agisse d’un mécontent-de-soi qui s’ignore.

Mais, dites-vous : « Alors ? vous nous annoncez la découverte de l’eau chaude ?! » je vous réponds par « Non ! »

J’ajoute seulement que ce n’est pas le fait que la chair et les os de l’homme aient pour matière première la méchanceté qui me rend triste, mais c’est le fait de nier cette nature.

On l’efface carrément de son cœur - arguments scientifiques à la main -, quand on est Suisse et qu’on veut chasser d’autres hommes car ils ne sont pas suisses ou ne doivent pas l’être.

Mais on l’affirme immédiatement après – sans gêne e sans crainte de paradoxe et d’idiotie – dés qu'il s’agit des non-Suisses qui, eux, ne devraient pas se trouver en Suisse ni faire les Suisses.

Ce qui me rend triste et m’étonne c’est qu’on peut trouver parmi les Suisses des citoyens qui affirment, sans gêne ni crainte de se contredire scandaleusement, qu’ils sont Bons (foncièrement bons? comme l’idéal de Rousseau ?) ...

et parait-il, ils sentent bon aussi !!!

Riez-en, si vous en avez encore les forces.

 

Tout comme homo helveticus et les autres milliards restants, berbericus…

Et puisque l’Homme est méchant par nature et puisque les Suisses font partie encore de la race humaine (jusqu’à preuve du contraire et si l’on exclut ses chiens et ses chats), il n’y aura pas de différence entre sa Droite et sa Gauche, ses Catho/Protestants et ses Laïcs, ses Verts/Ecolo et ses Rouges mangeurs de bambins, ses Libéraux et ses Conservateurs, ses Hommes et ses Femmes, ses Xénophobes et ses Xénophiles, ses trafiquants d'armes et d'organes humains et ses blanchisseurs de l'argent sale... et la liste est longue des méchants suisses, très longue, pour cerner toutes les catégories d’hommes et de femmes suisses méchants, puisqu’on parle ici des millions de Suisses de souche…

Toutefois la méchanceté, elle, reste comme dénominateur commun non seulement des Suisses entre eux mais entre tous les humains de la terre.

Donc, comme pour le reste des mortels humains, la méchanceté constitue la chair et les os de homo helveticus, arguments scientifiques à la main. Autrement, pourquoi ne trouve-t-on jamais nulle part un mouvement ou des personnes qui défendent vraiment la dignité humaine sans distinction de race ou de confession ?

Rassurez-vous donc, chers frères suisses, vous n’êtes pas les seuls dans cette bourbe : la dynastie des Le Pen et autres Bossi est en plein essor et fioriture.

Il y a avec vous d’abord les Algériens va-t-en-guerre et oublieux des principes de Novembre qui, parait-il, vont jusqu’au Mali pour chasser les Maliens !

Il y a Beppe Grillo, bien sûr, lui aussi plein d’argumentations scientifiques contre la nature négative des immigrés.

Il y a Napoletano érigeant en honneur de la patrie la guerre que l’Italie fait aux Afghans.

Il y a le Cardinal Biffi,

et dernièrement ce… aidez-moi à dire son nom… ce… Longuet…

 

Qu’en-est-il de l’empire de tous les empires, notre oncle à tous ?

Mais une chose est sûr : la méchanceté de tous ces humains et des autres milliards d’humains n’arrivent pas à nous faire oublier et nous consoler de celle monumentale de l’empire de tous les empires, notre oncle à tous.

Ça il le dit John Bolton, l’ancien ambassadeur américain auprès de l'ONU sous George W. Bush : "Si je devais former un nouveau Conseil de sécurité aujourd'hui, je nommerais un seul membre permanent parce que cela refléterait le réel rapport de forces dans le monde : les États-Unis".

 

Mais enfin qu’est-ce qu’être méchant veut dire ?

Etre méchant, ça aussi vous l’aurez compris chers lecteurs, ce n’est pas la violence épistémologique ou physique que l’homme exerce sur son prochain (ce qui serait dans notre nature d’êtres humains), mais c’est justifier et faire l’apologie de cette cruauté par des arguments scientifiques à la main, c’est-à-dire par le mensonge et la mystification, sans crainte de se contredire ou d’afficher son idiotie.   

 

Abdelmalek Smari

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article