Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BERBERICUS

Vues et vécus en Algérie et ailleurs. Forum où au cours des jours et du temps j'essaierai de donner quelque chose de moi en quelques mots qui, j'espère, seront modestes, justes et élégants dans la mesure du possible. Bienvenue donc à qui accède à cet espace et bienvenue à ses commentaires. Abdelmalek SMARI

Prix du Giovedì “Marisa Rusconi” (8° Édition) pour “Fiamme in paradiso” de Smari Abdelmalek

Chères lectrices, chers lecteurs,

Comme je vous ai promis dans l’article précédent, je publie ici - en versions originale (italienne) et française - la mention motivant l’attribution du Prix du Giovedì à mon premier roman « Fiamme in paradiso ».

Ce prix a une grande importance pour moi car il a récompensé une œuvre écrite en italien par un Algérien et (excusez ma vanité) disputé à des écrivains italiens !!

Voir le lien suivant http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:NeGoqiaTyywJ:it.wikipedia.org/wiki/Premio_del_Gioved%C3%AC_Marisa_Rusconi+premio+marisa+rusconi+2001&cd=1&hl=it&ct=clnk&gl=it

 

Bonne lecture et à la prochaine !

 

Smari Abdelmalek

  

  

  

Version originale

  

Premio del Giovedì

“Marisa Rusconi”

(8° Edizione)

 

A: Smari Abdel Malek

 

Per

 

“Fiamme in paradiso”

 

Edito nel 2000 dalla Casa Editrice Il Saggiatore

 

Da quando i neocolonialismi di fine millennio hanno indotto migliaia e migliaia di persone del Sud del mondo a dolenti migrazioni, è nata – da loro più che intorno a loro – una letteratura detta, come altre forme d’arte su questi temi, letteratura di necessità. Nella pletora di opere del genere (spesso testimonianze troppo patetiche, ovvero interviste troppo schematiche) la storia raccontata – per lo più in forma di diario “in presa diretta”, con tutte le riflessioni sottese che il genere comporta – da Smari Abdel Malek, algerino che vive a Milano, si stacca in modo netto e originale.

Quella messa in atto dall’Autore è infatti una “rivoluzione copernicana” che presenta ai lettori, senza retorica, una Milano vista – come se fosse la faccia sconosciuta della luna – con gli occhi di un immigrato dal Nordafrica. Nelle aspirazioni deluse, nei silenziosi stupori, nei ricordi dei luoghi maghrebini idoleggiati nella lontananza, nelle piccole grandi ambasce di chi proviene da uno dei tanti Paesi ipocritamente definiti “in via di sviluppo”, la tavolozza variegata dello scrittore toglie le sfumature delle diverse culture attraverso un confronto di esse tanto più soggettivamente poetico quanto più si sforza di essere oggettivamente documentario. E, quando il faticoso tentativo di rendere consapevole la reciproca accettazione sta – forse – per avere sbocchi positivi per il protagonista, un tragico e imprevedibile destino (ancorché frutto di nuove e più subdole violenze) cancella in un sol colpo lo stesso personaggio e la sua storia.

Nella narrazione - quasi filmicamente ora in prima ed ora invece in terza persona – la scrittura alterna con efficacia coinvolgente uno stile ingenuo, ai limiti di un connotativo naïf ; e raffinati costrutti più letterari, non senza inferenze di alcuni francesismi di ritorno, eredità della passata storia coloniale.

La Giuria ha ritenuto quest’opera prima degna di essere premiata – oltre che per lo stile, nuovo e personale – per la capacità di evidenziare senza enfasi temi sociali di grande e tragica attualità.

 

Quelli del Giovedì

 

Milano, 28 giugno 2001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Version française 

 

 

 

Prix du Giovedì

“Marisa Rusconi”

(8° Édition)

 

À:  Smari Abdelmalek

 

Pour

 

“Fiamme in paradiso”

 

Publié en 2000 par la Maison d’édition Il Saggiatore

 

Depuis que les néocolonialismes de cette fin du millénaire ont induit des milliers et des milliers de gens du sud du monde aux migrations douloureuses, une littérature dite, comme autres formes d’art sur ces sujets, littérature de nécessité est née par ces gens - plus qu’autour d’eux. Dans la pléthore d’œuvres du genre (souvent témoignages trop pathétiques, c’est-à-dire interviews trop schématiques) l’histoire racontée - pour la plupart sous forme de journal intime "en prise directe", avec toutes les réflexions sous-tendues que le genre comporte – par Smari Abdelmalek, Algérien vivant à Milan, se remarque de manière nette et originale.

Une telle mise en acte de l’auteur est en effet une "révolution copernicienne" qui présente aux lecteurs, sans rhétorique, un Milan vu - comme si c’était la face cachée de la lune - avec les yeux d’un immigré du Nord-Afrique. Dans les aspirations déçues, dans les stupeurs silencieuses, dans les souvenirs des lieux maghrébins redorés par l’éloignement, dans les petites grandes inquiétudes de celui qui vient de l’un des nombreux Pays définis hypocritement "en voie de développement", la palette bigarrée de l’écrivain enlève les nuances des différentes cultures en les confrontant entre elles et, sans pour autant perdre sa subjectivité poétique, il s’efforce de documenter objectivement les évènements. Et, quand la tentative fatigante de rendre consciente l’acceptation réciproque est sur le point - peut-être – d’avoir des issues positives pour le protagoniste, un destin tragique et imprévisible (même s’il est le produit de violences nouvelles et plus sournoises) efface d’un seul coup le personnage même et son histoire.

Dans la narration - presque d’une manière filmique tantôt en première personne tantôt par contre en troisième personne - l’écriture alterne avec une grande efficacité un style ingénu, aux limites d’une connotation naïve; et des constructions raffinées plus littéraires, en plus de l’interférence de quelques francisismes de retour, héritage de l’histoire coloniale passée.

Le Jury a jugé cette œuvre première digne d’être récompensée - outre que pour le style, nouveau et personnel  - pour la capacité de souligner sans emphase des thèmes sociaux de grande et tragique actualité.

 

Ceux du Giovedì

 

Milan, le 28 juin 2001

 

 

 

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Akacha Mohammed 26/12/2010 07:57



Cher Malek vous n'ete pas sans l'oublier ,je suis un de vos anciens copins d'ecole que nous avons partage 'l'ecole cite ouvriere Hamma Bouziane pour l'histoire souvenez vous un jour MONSIEUR
HENDRICKS notre maitre d'ecole et directeur nous a pris en photo toi.Maamar (Khelfaoui)et moi photo que par la suite nous avons decoupe en 3 au sciseau! enfin il parais que nos chemins sont
differents: toi tu a pris le chemin de l'occident (Italie) pour moi j'ai pris le chemin de l'Orient je suis au Gulf Arabic etant ingenieur dans le domain technique je vous felicite de ta
reussite c'est un peux une fierete en tant que copin de classe primaire ,excusez mon francais je suis englophobe.J'aimerais bien avoir un echange avec vous mon email:akachamohammed@gmail.com


J'ai beucoups de souvenir de toi,comme le jour tu  te rappelle nous jouons sur l'herbe de la cours de l'ecole et malheureusement tu a eu ce malheureux accident...


Meilleures sallutations et restons en contact cher Malek je desir en savoir plus de tes nouvelles Franchement tu m'a surppris de ton exploit Bravo .Bravo


Mohammed     



Malik 29/12/2010 11:20



Cher Mohammed, je te remercie pour l'intérèt que tu portes à mon blog et à ma personne. Moi aussi au nom des souvenirs communs de notre enfance je suis heureux de retrouver un ami... Je t'ai
ècrit une mail à l'adresse que tu m'avais indiquée; l'as-tu reçue? Dans l'affirmative, lis-la à ton aise et répond-moi, si tu veux, quand tu voudras. Rien ne nous presse. Il faut laisser le temps
à l'inspiration et au plaisir... Merci encore! Malik


 



Akacha Mohammed 26/12/2010 05:35



Cher Malek vous n'ete pas sans l'oublier ,je suis un de vos anciens copins d'ecole que nous avons partage 'l'ecole cite ouvriere Hamma Bouziane pour l'histoire souvenez vous un jour MONSIEUR
HENDRICKS notre maitre d'ecole et directeur nous a pris en photo toi.Maamar (Khelfaoui)et moi photo que par la suite nous avons decoupe en 3 au sciseau! enfin il parais que nos chemins sont
differents: toi tu a pris le chemin de l'occident (Italie) pour moi j'ai pris le chemin de l'Orient je suis au Gulf Arabic etant ingenieur dans le domain technique je vous felicite de ta
reussite c'est un peux une fierete en tant que copin de classe primaire ,excusez mon francais je suis englophobe.J'aimerais bien avoir un echange avec vous mon email:akachamohammed@gmail.com


J'ai beucoups de souvenir de toi,comme le jour tu  te rappelle nous jouons sur l'herbe de la cours de l'ecole et malheureusement tu a eu ce malheureux accident...


Meilleures sallutations


Mohammed