Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BERBERICUS

Vues et vécus en Algérie et ailleurs. Forum où au cours des jours et du temps j'essaierai de donner quelque chose de moi en quelques mots qui, j'espère, seront modestes, justes et élégants dans la mesure du possible. Bienvenue donc à qui accède à cet espace et bienvenue à ses commentaires. Abdelmalek SMARI

Mystificateurs et aliénés ou Le temps des révolutions par procuration: le cas des État arabes et de la Libye en particulier (5)

 

« Pis encore, pour l’ancien patron de la DST, la

 "révolution libyenne" n’est qu’une manœuvre

d’un clan du régime obéissant à des motivations tribales. »

Zine Cherfaoui - El Watan du 11-08-11

 

 

 

 

ci-vilete-I.jpg

                         CI-VILETÈ II* 

   

MARTYRES INTIMES MARTYRES INTIMES  MARTYRES INTIMES  MARTYRES INTIMES  MARTY... 

 

Cher Berbericus, tu sais que l’étymologie du mot martyr signifie témoin et que martyre signifie témoignage ? Bon, tu le sais, je présume, car les deux mots ressemblent aux termes arabes de témoignage et témoin qui signifient eux aussi : martyre et martyr.

 

Martyre I 08-01-11 :

Comme ça a été prévu, la journée était grise et pluvieuse tout le temps ! Ennuyés, nous nous sommes versés vers le marché. C’était le temps des grands rabais. Nous avons passé notre journée à faire des emplettes. Nous avons aussi acheté de l’eau, des brosses à dents et un téléphone portable. Notre journée aurait été perdue si le propriétaire de l’hôtel ne nous avait pas offert deux billets pour visiter le musée naval de la ville (La Spezia). Ce musée, avons-nous découvert, est riche de témoignages sur la cruauté humaine, cette bêtise tragique de l’homme. Cruauté sui generis, ontologique, naturelle tout simplement et sans détours. On y voit (car « il faut » bien qu’on y regarde en face la honte et l’effronterie) combien l’Homme est bon et combien il est grand et glorieux avec ses cannons, ses fusils, ses ogives chargeables de toutes sortes de feu et de poison, ses bateaux de guerre, ses torpilles… enfin ses instruments de la mort et de la destruction… Je dois reconnaitre l’honnêteté des conservateurs du musée : ils ont mis à la disposition des visiteurs un registre pour apposer leurs impressions. J’ai vu un gosse gribouiller quelque chose comme une petite signature d’admiration, de reconnaissance et de remerciements. Déjà ?! à cet âge-ci ?! Je me suis révolté contre cette fatalité. J’ai alors écrit : « Que ce musée nous apprenne à ne pas être fiers, du tout, de ce genre de bassesse et de fausse gloire ! Que cette paix, dont - parait-il – les grandes puissances de notre temps sont garantes, soit une vraie paix et non une préparation à la guerre ! Amen. » Cette honte et cette désolation d’appartenir à l’infâme race humaine ne nous a pas empêchés ensuite d’aller faire, ma compagne et moi, nos emplettes, détendus et presque heureux comme de vrais béats imbéciles.

 

Martyre II 08-01-11 :

Hier au télé journal on a parlé de la rentrée de 8 millions de vacanciers. Oui les gens ici ont besoin de vacances, de repos donc ; et ils le méritent bien. Ils travaillent vraiment, c’est-à-dire dur et avec une grande application ; pas comme chez nous où le travailleur fait semblant de travailler, l’employeur de le payer, le syndicat de le défendre… Et puisque l’Etat doit survivre quand même, il est contraint de surcharger les uns et les autres de taxes et d’impôts… et quand il réussit à leur extorquer quelques centimes, c’est la révolte : comme on a vu ces derniers jours. Même Hamma Bouziane a eu ses manifestations ! ça ne se voit plus depuis des années, depuis les lointaines manifestations du FIS ! Car Hamma, bien qu’elle se trouve « à deux flèches » de Constantine semble appartenir à l’ère pré-1830.

 

Martyre III 12-01-11 :

Comme la télévision abrutit les esprits ! Ce matin, une collègue m’a annoncé cette grande découverte péchée je ne sais dans quel étang de médiocrité et annoncée en grande pompe par la télévision : « La disparition des Maya – m’expliqua-t-elle avant même de dire bonjour - fut totale, immédiate et mystérieuse. » L’information qu’on (extrait ?) subit de la part du tube abrutissant est impertinente car elle est sens-unicale et ferme les portes à toute tentative de la démentir. Le chahut de l’ignorance de ma collègue et de sa Télévision, dans lequel la culture dominante maintient les pauvres diables de la plèbe, la dit longue sur la médiocrité humaine qui a encore de beaux et longs siècles devant elle à vivre et à sévir.

 

Martyre IV 13-01-11 :

Hier en sortant du bureau, j’ai appelé S. Elle était heureusement chez elle. Elle se porte bien, mais elle se dit ‘amère’ en raison des dernières émeutes qui l’ont touchée de près et signée (saignée ?). L’un de ses proches parents a été agressé par des délinquants qui avait profité du chaos où se trouvait alors le pays. Ledit parent avait fini dans un hôpital à suturer les balafres reçues par ces bandits. Quant à son portefeuille, il remercia le ciel de l’avoir « donné » au premier coup. Sont-ils, eux aussi, des  révolutionnaires du jasmin ?

 

Martyre V 16-02-11 :

Il était 11 heures passées quand j’étais arrivé. L’amphithéâtre était plein à craquer et, pour des raisons de sécurité, on en a fermé les portes. J’ai dû invoquer le prétexte (d’ailleurs vrai) des médicaments que je devrais prendre et qui étaient restés dans le sac de ma compagne qui était déjà dedans depuis 9 heures. Les agents de sécurité furent compréhensifs et me laissèrent entrer en fin de compte. De toutes les interventions, j’ai retenu celle de M. B., secrétaire d’un grand parti politique (ndlr : à ne pas confondre avec le président du conseil). Ce politicien s’est révélé vraiment différent de l’image que les mass média ont construit de lui : il était aux antipodes de cette image de boue et de fange. B. était ironique, auto-ironique même, profond et poétique aussi. Il y a de la poésie aussi dans l’art de faire politique ! qui l’aurait dit ?! Il m’avait ému et j’ai pleuré avec des sanglots. L’Algérie semble ne pas avoir d’hommes politiques comme B. et des citoyens comme les Italiens qui comprennent le sens de la loi, de l’Etat et de la politique.

 

Martyre VI 22-02-11 :

Je cherche à être plutôt serein… seulement - avec cette chaotisation de nos pays qu’on ose appeler en plus révolutions ( !) - je n’y arrive pas. Comment serait-ce possible avec ces vampires de puissances prédatrices qui nous guettent de toutes parts et qui sont à tout instant prêts à nous sauter au cou pour sucer notre sang ? Et leur morsure et leur buvande sont moins aigües et moins cruelles que le venin qu’ils répandent dans notre sang. Comment serait-ce possible alors que ces puissances du mal extrême ont juré de détruire nos pays et de les soudaniser, d’assassiner nos peuples (inconscients d’ailleurs du danger mortel), et de les misérabiliser, de nous spolier de nos richesses matérielles, de notre liberté, de notre dignité ? Bien sûr c’est un peu aussi la faute à nos gouvernants qui sont maladroits, mal préparés, donc incapables de comprendre l’histoire passée et les enjeux stratégiques actuels, et un peu dictateurs aussi… c’est aussi un peu la faute à nos peuples qui, pour échapper au marasme existentiel où la politique y est pour peu de choses, se cherchent délibérément et stupidement un enfer, pourvu qu’il soit palpable, indicable par le doigt, accusable. Qui sait ? c’est peut-être la nature humaine qui fait que l’homme peut tout tolérer pourvu qu’on réussisse à le tromper magistralement. Nature humaine qui peut accepter tous les maux possibles, jusqu’à celui des dictatures, pourvu qu’on les alterne et les change, pourvu qu’on les lui incarne même par des mots touts mensonges

 

Martyre VII 23-02-11 : La révolte en Libye, au Yémen et Bahreïn continue mais les chefs d’Etats de ces pays résistent encore, surtout Kadhafi qui le fait férocement. Il sait que toute la « précieuse ridicule » qu’on appelle Communauté internationale le hait. Il suffit d’écouter les gens et de consulter les média d’ici, en Italie, et de par le monde. Tous les membres conspirateurs de cette précieuse ridicule, ou presque tous, qu’ils soient de la Gauche ou de la Droite lui en veulent à mourir, souhaitent sa chute et espèrent que son pays soit emporté, anéanti, par les mille misères d’une guerre civile. Dans la langue des charognards de puissances prédatrices cette destruction systématique de la Libye s’appelle démocratisation… effrontés de charognards ! Après la chaotisation du Moyen-Orient, c’est au tour de l’Afrique du nord. Bush fils l’a fait avec la violence du feu et des bombes. Obama est en train de le faire avec la ruse et la rhétorique… et ma foi, nous méritons ce sort infâme car nous sommes encore aliénables, fascinables, ignorants ou idiots (nos intellectuels en premier lieu), masochistes, opportunistes et lâches enfin. Et tant pis si nous allons continuer encore sur ce chemin de la honte et de l’aliénation, pour bon nombre de lustres et de décades sinon pour des siècles. Les puissances ex et néo-prédatrices, gouvernements et peuples, suivent avec intérêts notre sort, nous sont à l’affut et attendent avec impatience notre re-chute inexorable, notre déchéance totale pour retourner à leurs privilèges perdus.

 

Martyre VIII 21-03-11 :  Aujourd’hui il y a le soleil, l’air parfumé, l’azur clair, la lumière et d’autres couleurs qui invitent à la paix et à l’espoir… aujourd’hui, c’est le printemps en son premier jour, malheureusement noirci et infesté par la haine et la cruauté des puissances prédatrices ! N’est-ce pas dans ce mois de mars que les hommes libres et justes ont perdu

la Yougoslavie (23-MARS-1999),

l’Irak (20- MARS -11),

la Libye (19- MARS -11) !!!?

 

MARS, nous dit-il quelque chose ? Un mois stratégique? N’est-il pas déjà le dieu de la guerre et de la destruction ?

 

 

Martyres du philosophe Yvon Quiniou 

 

 

Martyre I :

« Avec la guerre en Libye dont la France a eu, pour l’essentiel, l’initiative, le masque tombe : nous restons une puissance coloniale dont la politique internationale n’a de sens que de servir ses intérêts, géopolitiques ou économiques et même, dans ce cas précis, un calcul électoral hasardeux de son président, Nicolas Sarkozy.

 

Martyre II :

Il convient de le dire haut et fort : cette intervention guerrière telle qu’elle se prolonge n’est ni légale, ni légitime. Elle n’est pas légale car la résolution de l’ONU indiquait un objectif précis et modeste, éventuellement acceptable : protéger une population d’une possible (je dis bien possible) répression sanglante de la part de M. Kadhafi dans un conflit interne à la nation libyenne. Or, par des glissements successifs dont la grande majorité de la presse et de la classe politique s’est faite scandaleusement la complice, l’intervention a changé de nature et s’est donné pour objectif d’éliminer politiquement, sinon physiquement (cela a été fait pour l’un de ses fils), le chef d’Etat libyen, contredisant radicalement le mandat juridique initial.

Les moyens ont alors changé : on ne s’est pas contenté de neutraliser l’espace aérien, on est intervenu directement ou indirectement au sol (ne soyons pas hypocrites !) et, sous prétexte d’éviter un possible massacre, on a soi-même perpétré un massacre bien réel contre la population soutenant M. Kadhafi : y aurait-il de bons morts et de mauvais morts ?

 

Martyre III :

On voit donc que derrière les grands principes invoqués, ce sont des intérêts économiques qui sont en jeu, comme l’accès au pétrole, ou géostratégiques comme la présence de la France et, plus largement, des puissances occidentales dans cette région du monde qui risque d’émerger comme sujet historique indépendant et d’échapper ainsi à la maîtrise néo-coloniale dont elle est l’objet sans que personne s’en indigne. Enfin, quelle autre immense hypocrisie il y a à découvrir brusquement les injustices terribles qui affectent la plupart des régimes arabes alors qu’il y a un an, avant les récents événements, non seulement on faisait semblant de ne pas les voir, mais on faisait l’apologie de ces régimes et on les soutenait honteusement de toutes sortes de manières.

 

Martyre IV :

C’est ici qu’apparaît le calcul politicien de Sarkozy, ce président qui fait et dit tout et son contraire, sur fond d’ambition personnelle exacerbée. Il avait déroulé un tapis magnifique à Kadhafi dans la cadre de sa politique panafricaine et en songeant lui aussi au pétrole. Et le voici qui le transforme en tyran sanguinaire surgi brusquement des eaux, pour se donner le droit de l’éliminer ! Au surplus, il se permet d’ignorer la complexité du conflit libyen, dont quelques observateurs, mais de plus en plus nombreux, commencent à s’apercevoir : la dimension clanique, voire tribale du conflit, le caractère minoritaire des rebelles, la présence parmi eux d’éléments dont les motivations ne sont pas clairement démocratiques – autant de facteurs qui commandent la prudence quand il s’agit de prendre parti sur un plan indissociablement moral et politique.

 

Martyre V :

Ce qui reste évident, c’est que notre président entend faire oublier sa complicité récente avec le dirigeant libyen et tenter de redorer son image publique en vue de 2012.

 

Martyre VI :

[Le] comportement d’ensemble [de Sarkozy] correspond exactement à celui du "moraliste politique", tel que Kant le nommait, qui "se fabrique une morale à la convenance des intérêts de l’homme d’Etat". On aimerait bien que ceux qui le soutiennent aveuglément se rappellent que c’est l’inverse qui doit se produire : c’est à la morale, dans ses grands acquis universels, de commander à la politique et de commander tout ce qui y contrevient – à commencer par le néo-colonialisme dans lequel la France s’enfonce. » La France, puissance coloniale : LEMONDE.FR | 10.08.11    

-----------------------------------------------------------------

* (Source: le quotidien arabe Al Hayat du 08-06-11)

 

A suivre

 

Abdelmalek Smari

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article