Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BERBERICUS

Vues et vécus en Algérie et ailleurs. Forum où au cours des jours et du temps j'essaierai de donner quelque chose de moi en quelques mots qui, j'espère, seront modestes, justes et élégants dans la mesure du possible. Bienvenue donc à qui accède à cet espace et bienvenue à ses commentaires. Abdelmalek SMARI

Lettre ouverte à M. Kamel Daoud qui a insulté les Algériens qui sont allés voter le 10 mai 2012

M. Kamel Daoud,

vous avez écrit au Quotidien d’Oran on line, le 12-05-12 : « Du coup, on devine un peu le rire immense des hommes du régime et des seigneurs de ce pays, bombant le torse devant les seigneurs des autres pays arabes: «Les nôtres, nos serfs, on sait les traiter, leur faire peur, les faire asseoir et ils nous sont obéissants et cela marche, contrairement à ce qui se passe chez vous. »

Vous avez écrit ceci, en abusant bien entendu de votre situation de privilégié : journaliste à publication assurée. En plus vous l’avez écrit tout en abusant de l’incontestable sensunicalité de vos prétendues analyses.

Sachez qu’en agissant de la sorte, vous démontrez que vous n’êtes ni plus ni moins que l’un de ces mêmes Algériens que vos critiques ne cessent de fustiger à longueur de vos articles.

Toutefois, aujourd’hui vous auriez pu vous passer de cette rhétorique inutile qui pue la haine, ou plutôt une certaine rancune, et l’insulte.

Vous auriez dû la laisser aux idiots, aux ignorants, aux médiocres et autres lâches. Car vous, vous êtes plus grand pour vous abaisser à ces petitesses.

Vous êtes intelligent, certes, votre ironie fait rire et réfléchir d’accord, vous êtes, et vous vous estimez beau, adoré donc et peut-être aussi un peu dieu, c’est humain... mais de là à vous arroger le droit d’insulter une tranche non indifférente des Algériens (les 8/9 millions des votants) - dont certains sont pareils à vous, d’autres sont un peu mieux que vous et d’autres enfin sont un peu pire que vous - pour le seul motif qu’ils ne la pensent comme vous ; de là à vous permettre d’insulter ces Algériens pour le fait qu’ils ont accompli l’un de leurs devoirs de citoyens, c’est du manque de respect pour l’autre. Et c’est le moins que l’on puisse dire de vous.

C’est du chauvinisme, malheureusement pour vous d’abord et pour tous les Algériens et la race humaine, c’est une sorte de fanatisme qui n’est pas digne d’un intellectuel comme vous.

Ça ne fait pas honneur ni à votre journal ni à votre intelligence ni à votre cause (si vous en avez une) et pas même à votre jeunesse et beauté.

Je crois que ce qui vous a permis d’insulter les Algériens qui sont allés voter, procède de la même mentalité bien enracinée chez Berbericus, c’est-à-dire, comme vous l’avez dit vous-même dans votre article cité plus haut : Ou moi ou le chaos.

Est-ce de la faute de ces votants s’ils n’ont pas accepté de vous suivre ? Navré pour vous ! car aussi paradoxal soit-il même les moutons ont des règles et des choix.

Le jour où vous serez de ce point de vue assez différent de vos concitoyens les-votants, ce jour là, vous seriez crédible et vous sauriez peut-être enseigner la dignité et la civilité à ces crétins et barbares qui n’ont pas su se défendre des bourreaux qui les ont conduits aux urnes, comme on conduit un bétail à l’abattoir ou à la prairie.

Qui sait ? vous sauriez les convaincre aussi… après tout rien n’est donné pour définitif, meme si notre impatience nous pousse à croire le contraire.

Pour le moment, je crois que vous vous ressembliez, comme deux jumeaux monozygotes, aux dits « hommes du régime et des seigneurs de ce pays » et comme eux vous ne faites que bomber votre « torse devant les seigneurs des autres pays [pas exclusivement] arabes : Les nôtres, nos [bougnoules], on sait les traiter, leur faire [sentir la honte d’aller voter], les faire [taire] et ils [sont consentants] et cela marche, contrairement à ce qui se passe chez vous. »

Puisque c’en est ainsi de ceux qui ont choisi d’aller voter, eux au moins ils sont honnêtes et courageux puisqu’ils ont annoncé la couleur de leur position politique, que vous identifiez à la servitude, et dénoncé volendo nolendo ceux qui les asservissent.

Mais qu’en est-il de la couleur des gens comme vous ? quels sont vos maitres que vous ne pouvez voter ni osez dénoncer ?

Enfin votre gaffe M. l’unique illuminé, l’unique Algérien progressiste et courageux, votre gaffe est que, semble-t-il, vous êtes incapable de concevoir le monde politique que comme une cour peuplée de seigneurs et des serfs.

Personnellement j’aimerais bien voir où vous vous situerez… ou bien est-ce que et les gens de votre caste font exception ? ou bien appartiennent-ils à une autre espèce… supra-humaine ?!

Vous avez écrit ce que vous avez écrit parce que vous savez pertinemment que les Algériens ne possèdent pas encore le pouvoir ni peut-être l’envie (par indulgence) de vous attaquer en justice pour diffamation.

Et même s’il se trouve quelqu’un censé en avoir les moyens, vous avez déjà la réponse prête : la censure contre la liberté de la presse !

Jouissez donc de ce paravent mais sachez que les jours savent bien comment dénuder les rois, redimensionner les arrogants et confondre les mystificateurs.

Enfin, personnellement je ne vous demande pas, jamais( !), de vous excuser mais seulement d’apprendre à être intellectuellement honnête.

Et c’est ce qui manque terriblement à l’Algérien, et vous le savez bien autant que moi, autant que tout Algérien

Merci !

 

Abdelmalek Smari

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

abdelkader wahrani 26/01/2015 23:51

Courage la félonie, courage la traitrise, courage le néo-harkisme, courage les mercenaires de la plume!!!. Que Dieu nous préservent des traitres, des hypocrites, des 7 visages et nous laisser dans notre pitié nets notre loyauté.

courage kamel 04/11/2014 22:15

Kamel daoud a raison sur toute la ligne

abdelmalek smari 04/11/2014 23:59

Il vous dira lui-mème que vous exagérez sur son compte. Merci quand mème.