Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BERBERICUS

Vues et vécus en Algérie et ailleurs. Forum où au cours des jours et du temps j'essaierai de donner quelque chose de moi en quelques mots qui, j'espère, seront modestes, justes et élégants dans la mesure du possible. Bienvenue donc à qui accède à cet espace et bienvenue à ses commentaires. Abdelmalek SMARI

Les N.A.C. au pays rose bonbon (Nouvelle) : Raid nocturne

En plein milieu de la nuit, un hélicoptère déchire soudain le silence innocent et le délicieux repos de l’Hotel House. Le voilà, l’insolent, le monstre volant, tournoyer autour du bâtiment.

Tantôt il s’approche des balcons, tantôt il s’en éloigne. Le vacarme insistant et fort agaçant de ses lames ne tarde pas à réveiller les dormeurs.

Ses projecteurs d'enfer les inonde d’un puissant faisceau de lumière blanche qui viole jusqu'à l'intimité des lits, des placards et des coins les plus retirés des chambres les plus discrètes.

« Ulla Madonna, Qu’est-ce qu’il y a ?! » - Demande Ahmed, déjà sur ses pieds, les yeux pleins de sommeil et de frayeur.

« T’inquiète pas! – c’est Modou qui le rassure - Ce n'est pas Apocalypse Now. Nous connaissons ce cinéma. »

« Toc. Toc ! Ouvrez. Police ! Ouvrez nom de dieu ! Police !» insistent les coups à la porte et les voix impatientes.
Modou ouvre en pyjama.

Après une inspection rapide de l'intérieur du mignon appartement, l'un des deux agents s’adresse à Ahmed : « T’es nouveau ici, toi ? – manière de  dire qu’on connaît bien tous les coins et tous les visages du lieu. Pas possible de faire les marrons avec les Services de l’ordre et de l’étiquetage - Les papiers ! insiste l’agent, ou t’es un sans-papiers ? »

« Oui, s’empresse de dire Modou tandis qu’Ahmed sort sa carte d’identité, il est mon invité. »

« C’est quoi, ce bâton ? demande l’autre agent. Ça sert à quoi ? »

« Un instrument de musique, dit Modou avec une nonchalance presque rieuse. »

« Ah, se mêle encore le premier agent, vous êtes des musiciens ? » et puis, à son collègue : « C’est bon. Allez. Bonne nuit ! »

« Toute cette mascarade - dit Modou, en éclatant de rire – parce que que’ques Sénégalais ont que’ques CD à vendre... c’est juste une blague, une autre blague à raconter aux gens et à la presse pour demain. »
En bas on entend des cris de terreur. Modou court vers les jumelles et, dans l’obscurité, il se met à scruter la nuit tâchée de lumières et d’ombres en agitation. Il réussit à distinguer un rassemblement de personnes. On entend également le son des sirènes qui pointent de toutes parts.

Les deux amis s'habillent à la hâte et descendent. Ils ne tardent pas à apprendre la nouvelle : Un jeune homme a sauté du troisième étage. Il est déjà dans l'ambulance.
« Il voulait s'échapper, dit une jeune femme au micro qui semble en extase devant un faisceau de lumière aveuglante. La police a saisi d'importantes sommes d'argent et des marchandises de contrefaçon. Il n'est pas rare de trouver des criminels de haut calibre dans ce marécage d'ethnies. Écoutons quelques témoins, en attendant la déclaration officielle de la police. »
« C'est pour des CD ! - dit une personne interrogée - il avait peur, le pauvre. Eux, ils lui criaient à la porte. Ils l'ont effrayé et il a sauté du troisième étage. »

« C'est pas juste de tuer des gens comme ça ! » - c'est la voix d'un autre interviewé.
« Est-ce qu'il est mort? - lui rétorque l'interviewer. »
« Non, non, dit un autre avec l'accent du Midi, il s'est seulement bbbrisé les jjjambes... ça se voit qu'il est un habitué de ces sauts périlleux, même les fforces de l'ordre sont navrées... et d'ailleurs ... s'il n'a pas  fait de mal, pourquoi est-ce qu'il s'est jeté dans le vide ? »
On entend encore les sirènes, le bruit assourdissant de l'hélicoptère et de ses lames, les voix qui hurlent…

« Une véritable armée, reprend pathétique la journaliste, ils sont arrivés en renfort, une centaine d'agents. Ils sont entrés dans les maisons, ils ont effectué des contrôles ... je m'adresse à vous, Monsieur l'Officier, vous qui avez coordonné cette opération... »
« Oui, dit de but en blanc Monsieur l'Officier, ici il y a un monde d'affaires scabreuses. Y a rien à faire. On doit en finir avec la contrefaçon, le trafic de drogue, la prostitution, l'exploitation des mineurs et de l'immigration clandestine... Nous avons également trouvé des armes et des bombes prêtes à l'emploi. Enfin on a arrêté l'imam, leur prêtre, qui a exhorté les musulmans à l'insubordination. Mais la situation est maintenant sous contrôle. C'est tout, merci. »


 

 

 

A suivre

 

Abdelmalek Smari

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article