Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BERBERICUS

Vues et vécus en Algérie et ailleurs. Forum où au cours des jours et du temps j'essaierai de donner quelque chose de moi en quelques mots qui, j'espère, seront modestes, justes et élégants dans la mesure du possible. Bienvenue donc à qui accède à cet espace et bienvenue à ses commentaires. Abdelmalek SMARI

Les N.A.C. au pays rose bonbon (Nouvelle) : On organise le concert

« À l’usine où je travaillais dans mon pays, je touchais un salaire de misère, dit Modou, je n’arrivais pas à nourrir ma mère qui a quatre filles et un fils. J’étais le seul qui travaillais dans notre famille… et si je suis venu ici dans ce bled c’est pour échapper à cette lourde responsabilité, mais je voulais aussi tenter ma chance dans le monde de la musique. Tu sais, toi, combien ils touchent les musiciens ? »

« J’sais pas moi, autant que les footballeurs, je crois. dit Ahmed. »
« Je voudrais tant être footballeur aussi, malheureusement j’ai pas de talent là. Dans mon pays, je jouais de la musique avec mon groupe. Allez ... montons un groupe ici. Moi j’ai tout le truc nécessaire : Jambè, derbouka, snitra et tout le reste. On associe d’aut’s gars à nous. »

Malgré ses études et son long séjour au pays rose bonbon, Modou n’est pas encore arrivé à dompter quelques consonnes comme le ‘r’ ou le ‘l’ : ainsi finit-il quelques fois par les manger.

« Même si vous ne savez pas jouer, ça fait rien, vous pourrez toujours apprendre... Nous commençons à jouer ici à l’Hotel House, en plein air. Puis on essaie de trouver une discothèque à Porto Recanati. Toi, si t’es pas capab’ de jouer, tu peux toujours faire le manager, non ? »
« Non, mais si tu veux, moi je t’écris les textes. D’ailleurs j’en ai un sur moi que j’ai écrit à peine hier soir. »
« Parfait, mais il nous faut quand même quequ’un qui organise le truc là, le concert, pour les rendez-vous, les contacts, internet, le guichet et tout. Moi je suis pas capab’ d’utiliser Internet mais toi tu peux le faire, même à titre gratuit, de chez ta p’tite amie... et puis moi, franchement, j’fais pas confiance à mes compatriotes. D’accord, ici on est tous Sénégalais, mais on est différents. Et puis, tu sais... question de rivalité, d’envie, en plus i’y a le problème du local à louer. Si tu vas au centre-ville, toi, noir, à Porto Recanati pour louer une maison ou un local on te dit : ‘‘ Non, non ! Y a rien ici, tout occupé. ’’ Si par cont’ c’est un Italien qui passe, on lui dit immédiatement: ‘‘ Oui, oui, y a de la place pour toi ! ’’ »

S’ensuit un silence bref, comme pour permettre aux deux causeurs d’avoir le temps de passer en revue le discours mené jusqu’ici. Puis, Modou se rappelle : « T’as dit que t’as un texte prêt ? Fais voir ! »
Ahmed aussi se souvient qu’il doit répondre à une question que lui a posée son ami : « Oui, dit-il tout en lui tendant une feuille de papier, j’accepte, je ferai ton manager. »
« T’es un vrai ami. Entre nous deux, n’oublie pas, il y a le sel que nous avons mangé ensemble, comme nous avons souffert ensemble dans les champs de tomates. C’est pas que j’en veux à mes compatriotes… Et puis... les Italiens sont heureux de venir chez nous. Ils font confiance aux Sénégalais ! dans toute ma vie, une seule fois j’ai entendu parler d’un Sénégalais qui vendait la drogue. Tu vois, nous, nous sommes différents. Nous faisons également le métier de videurs et de nombreux autres boulots, mais la drogue... ça alors, jamais ! De toute façon, mon cher ami, moi maintenant j’veux jouer de la vraie musique et on va me payer plus cher. Tu verras. »
« Tu ne vas pas la lire, la chanson ? »

Modou déplie le papier. « Wow elle est très longue ! Ce sera une bombe. Le concert de l’Hotel House finira dans les journaux de toute l’Italie. »
Il se met à lire « Oh pays rose bonbon » et éclate de rire.


A suivre

 

Abdelmalek Smari

 

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article