Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BERBERICUS

Vues et vécus en Algérie et ailleurs. Forum où au cours des jours et du temps j'essaierai de donner quelque chose de moi en quelques mots qui, j'espère, seront modestes, justes et élégants dans la mesure du possible. Bienvenue donc à qui accède à cet espace et bienvenue à ses commentaires. Abdelmalek SMARI

Bisous, nostalgie et douceurs d’été

À tous mes lecteurs!

  

 

أيّها الأحبّة والأصحاب لقد وجدتُ في قصيدة عبدالحميد ابن باديس هذه أعزّ تحيّة لكم فَهَاكُمُوهَا :

 

سلام على الـأحباب في كلّ منزل  &    

                    وإنّي إلى نحو الحبيب أريد

سلام عليكم لا سلام مدّع          &

                    سلام كثير لايزال يزيد

وإنّي لأهواكم وأهوى دياركم     &

                    ولكنّني عمّا أريد بعيد

أراكم بعيني من بلاد بعيدة        &

                    تراكم تروني بالعيون على بعد

فؤادي وعقلي يأسفان عليكم     &

                    وعندكم روحي وذكركم عندي

ولستُ ألذُّ العيشَ حتّى أراكم    &

                    ولو كنتُ في الفردوس أو جنّة الخلد .

 

 

 

 

 

ولأنّ الإنسان ، عزيزي القارئ ، لم يكن (فقط ؟) (أصلا؟) ملَكًا : هاكهُ فتدَبَّرْ أمرَهُ :

 

يسألونك

 

 يسألونك

أيّها الإنسان

عن الشّيطان

قل واجهرْ

هو اثنان :

ظاهر وباطنْ

أمّا الظّاهرُ

فأنتَ ـ إنْ أردتَ ـ

وأنا الباطنْ

لا شأوَ لنا

ولا لنا ثالثْ

إلاّ توق للخلاص

خالصْ

 

عبدالملك سماري  ـ ميلانو ، جوان 2011

 

 

 

 

Agli amici italiani invece e a quelli che conoscono la lingua italiana, ho scelto questi bei versi di Giovanni Giudici scomparso purtroppo nel maggio scorso…

 

L’intelligenza col nemico

                       

                        Mercatoribus est aditus…

                        Caes. Bell. Gall., IV, 2

C’è

chi mi crede un mercante intento ai traffici:

tu sai soltanto che è ambiguo il mio cuore,

ma non mente. Resistere è difficile.

 

La vita in versi

Ma non dimenticare che vedere non è

Sapere, né potere, bensì ridicolo

Un altro voler essere che te

Inoltre metti in versi che morire

È possibile a tutti più che nascere

E in ogni caso l’essere è più del dire.

 

Come un errore

Anch’io come un errore pago la verità:

amo due chiese che sono diverse

- e per l’una mi condanna l’altra o estraneo

mi dimentica o mi soffre avverso.

 

E di qua mi respingono, di là non mi vogliono,

e così poca moneta di vita così spreco,

e soffoco di veleno, in questo vicolo cieco.

E di orgoglio.

                                            

 

Toute l'éternité pour dormir  

 

Oh   M. l’évangéliste 2 (vous êtes second, puisque vous êtes évangéliste par procuration et puis c’est votre destin de Tiermondain) vous avez certes tant de courage pour soutenir ce   que vous cherchez à soutenir tout au long de votre prêche ;

et vous avez, pour   ça, mon admiration personnelle ;

seulement le langage et la   rhétorique auxquels vous avez recouru sont maladroits et imprécis ;

ils donnent à penser que vous êtes plutôt une espèce de   mystificateur au su de tout le monde sauf de vous-même!

Vous ne nous avez pas expliqué de quel   droit ou de quelle autorité épistémologiques vous accusez vos   frères, ceux qui ne la pensent pas comme vous la pensez,   d’autocensurés?

Vous vous êtes contenté d’un : « Mais ce n’est qu’un prêche, voyons ! »

L’autocensuré est quelqu’un qui a la trouille. Il   est donc lâche, sans liberté, sans position, sans opinion… laissez-vous entendre.

L’autre stipulation (infondée car elle n’a pas de contrepartie   réelle : elle est une sorte de chèque sans provision) sur laquelle   vous   basez votre raisonnement et avec laquelle vous comptez   convaincre vos frères est l’une des plus grandes chimères   qui peuplent les petites têtes des nains et mendiants que nous   sommes, nous autres Beni-Berbericus :

en fait nous regardons alentour,

nous voyons un évangéliste, vrai celui-ci 

- car ange parmi   ces anges que dieu Sam envoie de par le monde à prêcher sa bible…

non pas la Bible -

nous l’humons alors, nous l’observons,

nous tombons amoureux fous de lui peut-être

et nous déduisons qu’il a

un beau visage rose et   jeune

et souriant,

un complet bleu-nuit

et propre,

une chemise   blanche candide

et parfumée,

une cravate

et des yeux   vert-dollar,

des cheveux d’or

et des chaussures de cuir

pur

et   précieux...

Nous disons alors : « Voici un être élu par dieu

et par ses anges ! »

Et nous restons bouche bée comme les rois mages

Et les autres statuettes des crèches et de Noël

et alors nous apercevons, toujours l’air imbécile, dans le sac-au-dos dudit vrai évangéliste

une bible dessinées avec des caractères d’or

et on découvre alors le mystère de   son élection et de sa béatitude : être évangéliste  !

On roule ensuite les yeux vers un Beni-Berbericus, vers ses frères de sang et de rang l’Indien, le Chinois, le pâle Albanais,

enfin les malheureux Tiermondains qui peuplent   quelques nos douars de villes,

nos pauvres pays...

et puisque on ne lui   voit rien des stigmates

du béat évangéliste et vrai

le beau visage rose

et   jeune

et souriant,

le complet bleu-nuit

et propre,

la chemise   blanche candide

et parfumée,

la cravate

et les yeux   vert-dollar,

les cheveux d’or

et les chaussures de cuir

pur

et précieux,

et le sac-au-dos

et surtout la bible …

nous concluons alors, emportés par le zèle de bons stupides que nous sommes : 

Il est voué à l’enfer...

figure de l’enfer !

Mais franchement, au fond de vous-même, cher évangéliste 2, vous croyez au miracle évangéliste ?

Vous pensez que ceux parmi vos frères

qui ont les cheveux crépus et secs,

les yeux pas verts,

le nez plein de vers,

les traits négroïdes,

les poches vides,

la main éternellement tendue et parasite,

l’esprit paresseux,

l’instinct comme morale

l’égoïsme comme valeur suprême...

enfin vous pensez vraiment que Beni-Berbericus,

avec toutes ses misères pour seules qualités,

se métamorphosera,

deviendra par miracle un yankee évangéliste ?

Vous pensez, important, très important évangéliste 2, que ce polygame et sauvage de Berbericus, ton frère, apprendra à respecter sa femme et les lois de son pays ?

Vous pensez qu’il apprendra à payer les taxes - comme vous peut-être (excusez la comparaison) -  et le loyer ?

et sans faire trop d’histoire et sans trop pleurnicher ?

les factures du gaz, de l’électricité et de l’eau ?

Vous pensez qu’il sera capable de penser à l’intérêt public ?

Qu’il apprendra à respecter ceux qui ne se seraient pas encore convertis à son évangilité ?

Vous pensez qu’il apprendra enfin à lire et à penser,

à produire des idées et des valeurs,

à être original,

seigneur,

pas serf ?

Vous pensez

- mais, dandy d’évangéliste, à vous, vous arrive-t-il de penser ? vraiment ? -

qu’il aura les yeux verts,

le complet obscur

et le visage rose

et jeune

et souriant ?

Que faites-vous de ces hics qui empêchent vos frères de dormir la nuit

et de vous suivre ?

Osez-vous encore les traiter d’autocensurés ?

Réveillez-vous, illustre dormeur,

vous avez toute l’éternité pour dormir…

 

Abdelmalek Smari

Milan 28-04-10

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article