Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BERBERICUS

Vues et vécus en Algérie et ailleurs. Forum où au cours des jours et du temps j'essaierai de donner quelque chose de moi en quelques mots qui, j'espère, seront modestes, justes et élégants dans la mesure du possible. Bienvenue donc à qui accède à cet espace et bienvenue à ses commentaires. Abdelmalek SMARI

C’est l’occasion d’être de vrais citoyens ou jamais (1)

 

« L’individu est devenu plus conscient que jamais de sa dépendance à l’égard de la société. Cependant, il ne ressent pas cette dépendance comme une structure positive, comme un lien organique, comme une force protectrice, mais plutôt comme une menace pour ses droits naturels, ou même pour son existence économique.

De plus, sa position dans la société est telle que les élans égocentriques de son personnage sont continuellement mis en valeur, tandis que ses impulsions sociales, par nature plus faibles, se dégradent progressivement.
Tous les humains, quelle que soit la position qu'ils occupent dans la société, souffrent de ce processus de détérioration. (...)
L’homme ne peut trouver un sens à la vie, aussi bref et troublée soit-elle, qu'en se consacrant à la société. »

Albert Einstein

– Pensieri, idee, opinioni – Ed. Grandi Tascabili Economici, Newton.

 

 

J’avais déjà eu l’intention d’écrire un morceau sur cette épidémie : comment je la vis à partir de l’Italie où elle sévit le plus. Seulement, j’ai commencé un peu tard à observer et enregistrer la situation et à croire à sa gravité à l’échèle mondiale.

La prise de conscience de la part des Italiens de la gravité du Covid 19 est advenue un peu tard pour gagner ensuite et d’une manière fulminante toute la population.

Moi personnellement, avant le 27 février, date de la fermeture des écoles, j’expliquais à mes collègues, sûr de moi, qu’il s’agit d’une forme d’influenza comme les autres. J’ignorais encore les complications dont ce virus est capable de provoquer sur l’organisme humain.

En fait après les élèves et les enseignants, c’était autour du personnel administratif d’évacuer les établissements et de rester chez eux.

Puis les recommandations et les mesures préventives de la part du gouvernement commencèrent à pleuvoir.

Au début j’avais pensé qu’il s’agissait d’une espèce de conspiration de la part des pays mis à mal par la concurrence économique de la Chine contre ce même pays, une espèce de nouvelle guerre de l’opium... une guerre à la Chine pour briser son élan économique et affaiblir son gigantesque pouvoir concurrentiel aux économies traditionnellement dominantes.

Mais les évènements ultérieurs m’ont bien appris que c’était une erreur de ma part.

Il y a même qui pense que ce virus soit le « Coup de maître de la CIA » !

Toutefois moi, j’ai peine à y croire d’autant plus que je ne connais presque rien en biologie ni en matière d’armes bactériologiques, mais vu la vantardise des gringos, il se pourrait bien....

Moi, je fais plutôt l’hypothèse suivante : il s’agit d’une vraie problématique que le pouvoir immense de la propagande impérialiste a su porter aux sept cieux pour punir la Chine de son arrogance concurrentielle... et tant pis si les vassaux des USA sont tombés eux aussi sous le coup de ce couperet.

Deuxième erreur !

Quant au corona virus, pensais-je, ce n’est pas si mortel que ça... les gens exagèrent... ça se voit qu’ils ont besoin d'hystériser un peu pour dégager les peurs et les angoisses qu’ils accumulent en vivant ... en vivant mal.

Troisième erreur !

Au début je ne voulais même pas suivre les informations du télé-journal : j’y voyais une espèce d’hystérie des médias voulant créer du sensas et accroitre leurs audiences !

Ce n’est que quelques jours plus tard que j’avais pu mesurer l’ampleur de ma quatrième erreur.

Je me suis rendu à l’évidence ! je n’avais plus rien à nier : le virus est bien là et il est bien mortel dans certains cas.

Dès l’annonce des premières mesures de confinement prises par le gouvernement, les Italiens se sont comportés comme on se comporte devant une menace mortelle : les supermarchés étant restés les seuls ouverts, ils ont été pris d’assaut...

On dirait c’était la guerre ou l'Algérie durant les crises du lait et des autres pénuries....

Et dire que c’est de l’Italie, pays prospère et bien cultivé, qu’il s’agit !

Les mass médias ne parlent que de ça toute la journée et toute la nuit tous les jours, pour informer les citoyens sur le virus et les mesures à prendre pour s’en protéger et en protéger les autres !

Le hasard( ?) voulait que les premiers cas enregistrés fussent à une quarantaine de kilomètres de Milan, la ville où j’habite.

L’on sait que des millions de travailleurs par jour quittent Milan ou y affluent pour leurs besognes journalières… figurons-nous des êtres microscopiques comme les bactéries ou les virus.

A une amie qui se demandait pourquoi le virus a frappé proprement les Italiens, j’avais répondu que c’était à cause de la nature des Italiens qui sont voyageurs, ouverts et affectueux… trop humains, quoi.

Je crois que c’est cette bonne nature, sans distances, que l’insidieux virus a exploité, pour décimer des milliers de vies d’Italiens jusqu’ici et mettre l’Italie à genoux.

Il n’y avait pas d’autre explication à ça. Et puis, le premier cas du Covid 19 enregistré en Algérie n’était-ce pas un ressortissant italien ?

Personnellement, ayant été obligé à rester à la maison, j’ai dû m’organiser pour affronter le vide que la vacance forcée m’a mis devant.

En fait, sans nier ma réjouissance d’être en une espèce de vacance et d’oisiveté plaisantes car tranquilles, sans boulot et sans frénésie stressante, j’étais et je suis encore fort préoccupé par cette situation.

Pour le reste, ma journée est organisée comme suit : je me lève tard le matin. Je prends mon petit déjeuner. J’allume ensuite le pc pour une ou deux heures. Puis je sors faire un tour dans l’isolat (le quartier), histoire de me dégourdir les veines.

Après quoi je rentre pour lire une ou deux heures. D’habitude je ne déjeune pas, je préfère manger le matin et le soir, faire une espèce de diète !

Quand c’est le jour du jogging, je sors pour deux heures à courir et  faire de la gymnastique dans les jardins. Le soir venant, je me mets sagement devant la tv, qu’autrefois (pas plus tard que le mois d’octobre dernier !) je la pensais dévoreuse de la vie et du temps ! Et là, il y a des programmes de divertissement (et j’en ai besoin pour ce que nous vivons et ce que j’ai vécu personnellement ces derniers cinq mois) et des documentaires utiles.

Dans les interstices de ces activités de cette nouvelle routine je vaque à d’autres menues activités comme la toilette, le ménage et les commissions.

N’est-ce pas une vie ? la vie ?

 

Abdelmalek Smari

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article