Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BERBERICUS

Vues et vécus en Algérie et ailleurs. Forum où au cours des jours et du temps j'essaierai de donner quelque chose de moi en quelques mots qui, j'espère, seront modestes, justes et élégants dans la mesure du possible. Bienvenue donc à qui accède à cet espace et bienvenue à ses commentaires. Abdelmalek SMARI

ENTRE LE CŒUR ET LA RAISON - Partie I – (3)

« Je conçois alors une société où tous, regardant la loi comme leur ouvrage, l’aimeraient et s’y soumettraient sans peine ; où l’autorité du gouvernement étant respectée comme nécessaire et non comme divine, l’amour qu’on porterait au chef de l’Etat ne serait point une passion, mais un sentiment raisonné et tranquille. » Alexis de Tocqueville

 

« De la démocratie en Amérique »

Chez nous

« De l’Anti-Bougnoulite en Algérique »

 

 

 

ERDOGANE NON, MACRON OUI ?!

Vice versa ?!

Parmi les sorties malheureuses de Daoud, sa tendance à faire le censeur ; une attitude tout à fait légitime, puisqu’humaine, mais elle n’est pas moins bizarre pour ça !

Pour lui, les journaux qui lui sont hostiles sont des journaux médiocres, et là, on peut fermer un œil. Mais il devient un brin insupportable quand il agit comme si ces présumés médiocres vont lui voler les projecteurs de la fama !

N’est- il pas gênant pour lui de se mesurer à ces présumés vauriens ?!

Ou bien pense-t-il que le verbe soit sa propriété privé ?

Ne sait-il pas que les gens écouteront ceux qui veulent les écouter à leur tour... la preuve, lui-même, il n’écoute pas Ennahar ni Echourouq (à part bien sûr Kada Ben Amar, s’en souvient-il ?).

En fait, de la hauteur époustouflante de son astre zénithant, il ne se gêne point, tel un Don Quichotte, à déclarer la guerre à ces pauvres diables que sont le Bouteflika fini, demi-mort, les médiocres publicistes et télévionistes d’Ennahar et d’Echourouq et les autres prétendus musulmans et souffre-douleurs d’une Cologne présumée victime de leur méchanceté présumée innée et de leurs frustrations idem.

Mais le dent-pour-dent a encore devant lui de beaux et longs siècles à siroter en toute quiétude !

Les gens (à part les lâches incurables), aussi médiocres ou mourants puissent-ils être, ne se laisseraient jamais fouler leur dignité sans au moins crier « Aie ! » même si le fouleur de leur dignité est le père éternel lui-même ! 

By the other hand, depuis que Daoud s’est fait un nom d’écrivain et un autre nom de pourfendeur et d’iconoclaste, les gens ne s’arrêtent plus de se saisir de n’importe laquelle de ses déclarations pour lui installer un tribunal et immédiatement un bucher et parfois même ils se mettent à le lyncher sans procès et sans compétence !

Bien entendu, ces vociférations et ces agissements font partie du lot de tous les mortels qui ont le malheur d’avoir un pouvoir (réel ou supposé), et ce n’est certainement pas mon présent écrit qui va désapprendre à ces insolents et indiscrets leurs torquémaderies.

Anyway, c’est bien quand même de souligner ces contradictions (réelles ou supposées) aussi bien chez Daoud que chez ses détracteurs lyncheurs et chez n’importe qui.

Notre propos ne concerne pas, ici, n’importe qui, mais bien Daoud qui donne l’impression d’être chargé par on ne sait quel Jupiter à dire coûte que coûte quelque chose de mal sur un innocent (réel ou présumé) et quelque chose de bien sur un coupable (réel ou présumé)…

Serait-ce parce qu’il se sent à court d’inspiration et d’une cause à défendre ?

Je soupçonne que désormais, pour le dociliser, ‘‘on’’ lui a assigné ce rôle de faire l’avocat même du diable ; et même quand le diable n’y est point, il devrait l’inventer.

Et lui, il n’a qu’à réagir comme ce chien de Pavlov dressé à saliver même à la présence du seul son métallique, sans la moindre gamelle en vue !

Mais il ne faut pas que nous aussi tombions dans l’autre point symétrique de cette contradiction en nous mettant à maudire ce que Daoud bénit, et à bénir ce qu’il maudit.

Dernièrement il a soulevé une polémique par une provocation gratuite : il a loué la visite de Macron en Algérie, et a condamné une visite analogue d’Erdogane.

Sur quelle base ?

Je crois que c’était à cause de cette aliénation chronique chez l’Algérien due à sa bougnoulite, elle aussi chronique, devenue chez nous une seconde nature.

Ainsi trouve-t-on des illuminés qui ont le culot de faire le procès à Massinissa ou à Aurèle Augustin pour avoir été des citoyens romains ou des amis aux Romains et aux chrétiens.

On fait le procès - en les traitrisissant – à nos ancêtres pourtant fondateurs de dynasties musulmanes en Afrique maghrébine et en Ibérie pour avoir cédé devant la fulgurante force de la culture et de la civilisation arabo-musulmane (n’oublions pas qu’aujourd’hui, il ne faut pas s’afficher et surtout pas dire qu’on est arabes ou musulmans !).

On ne cesse de harceler et d’accuser Israël et les Juifs de tous les maux qui nous rongent, alors que nos ennemis sont autres (colonialismes ottoman et français et actuellement l’empire américain) et sont bien connus et ils peinent à se le cacher !

Donc, cette polémique avec laquelle Daoud voudrait nous épater est factice et bête. Et il n’épatera que les cons sans esprit critiques ou les lâches sans le courage de dire au présumé innocent qu’il est un réel coupable.

En fait tous les deux régimes français et ottoman, employeurs d’Erdogane et de Macron sont à condamner, non pas l’un par rapport à l’autre (où cet Un nous force à avaler le pus ou le vomis de l’autre et vice versa), mais tous les deux sont à mettre dans un même sac par rapport à la justice entre les hommes, au nom de la dignité des hommes et au vu de l’histoire, l’histoire immorale, injuste et criminelle de leurs peuples envers notre peuple.

Le reste : les accueillir par notre pays ou être accueilli par les leurs, ne doit pas en constituer une cause... à moins qu’on soit à la recherche d’une cause...

Les deux poids deux mesures ne doivent pas être de mise pour les hommes vraiment honnêtes intellectuellement.

Erdogan est un criminel, opportuniste et mercenaire tout comme le nabab du régime français : tous les deux sont exécrables.

Exécrables et criminels pour les crimes qu’ils ont en train de commettre dans le monde des dindons arabo-musulmans. Dindons, car celui qui ne loue pas le mercenaire Erdogane, loue le mercenaire Macron (tous deux mercenaires à la solde de l’empire américain).

Toutefois, il ne faut pas comprendre par ma position que je prêche la chasse aux deux hommes. Après tout, ils sont venus en Algérie. Ils sont les hôtes de l’Algérie, car c’est elle qui les a invités, n’est-ce pas.

Et la raison d’état (notre état) prime donc nos opinions personnelles.

Il faut maudire tous les injustes de notre monde, y compris bien sûr les régimes ottoman et français (tous les deux ont un passé et un présent immoraux).

C'est ça la vérité algérienne.

Les Ottomans, qui nous possédaient littéralement, nous avaient vendus (avec l’aide de nos traitres, cela va sans dire) aux Français qui nous avaient traités de manière pire encore.

Ergo : l’Algérien qui défend le passé immoral la France (son présent idem), est un aliéné pour ne pas dire néo-goumi.

Et l’Algérien qui défend la non moins immorale Turquie, ottomane et présente, est un aliéné également, une sorte de néo-goumi.

 

 

Abdelmalek Smari

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article